Alternance pour la République : Katebe ce jeudi devant la Commission de discipline

0
329

Katebe-KatotoRevenu à Kinshasa le mardi 21 février 2017, après 12 ans d’exil à
l’étranger, en vue de s’expliquer au sujet de sa suspension temporaire
par sa plate-forme politique, à savoir l’Alternance pour la République
(AR), Raphaël Katebe Katoto s’était plaint, à partir de l’étranger,
d’avoir appris cette mesure par voie de presse et de n’avoir pas
encore été notifié officiellement. Selon des sources proches de ce
regroupement politique, sa lettre de suspension lui a finalement été
remise hier mercredi 22 février dans la soirée au Fleuve Congo Hôtel
où il a établi son « quartier général » kinois. Cette correspondance,
indique-t-on, a été signée par Jean-Bertrand Ewanga, Secrétaire
général de l’AR.

S’agissant de sa  comparution, à bref délai, devant la Commission de
discipline de l’Alternance pour la République, elle devrait intervenir
en principe ce jeudi 23 février.
En gros, il est reproché à Katebe Katoto d’avoir tenu des propos qui
ne cadraient ni avec la vision politique de l’Alternance pour la
République, ni avec celle du Rassemblement des Forces Politiques et
Sociales Acquises au Changement. On rappelle, au passage, que cet
acteur politique avait déclaré, à haute voix, qu’Etienne Tshisekedi ne
lui avait pas part de la désignation de son fils Félix Tshisekedi au
poste de Premier ministre du gouvernement de Transition et, que par
ailleurs, il ne voyait aucun inconvénient à ce que le Rassemblement
présente au Chef de l’Etat une liste de trois candidats «
primaturables ». A son avis, quel que puisse être le cas de figure,
l’heureux élus serait fatalement un représentant du Rassemblement.
Katebe Katoto avait également paru déconnecté de l’Alternance pour la
République en revendiquant la succession de Tshisekedi à la présidence
du Conseil des Sages du Rassemblement au motif qu’au terme du Conclave
de Genval, il avait acquis le statut de « Vice-président ». Par ces
temps où les affiliés du Rassemblement s’accrochent au principe du «
candidat unique » pour la Primature, conformément aux prescrits de
l’Accord du 31 décembre 2016, et où ils privilégient le consensus dans
la recherche du successeur d’Etienne Tshisekedi à la tête de leur méga
plate forme politique, le frère de Moïse Katumbi a mis plus d’un mal
aise en donnant l’impression de ramer à contre courant et de défendre
des thèses proches de celles de la Majorité Présidentielle.
On se réjouit, dans les rangs de l’Alternance pour la République, de
l’élégance dont a fait montre de Katebe Katoto à venir présenter ses
moyens de défense à Kinshasa mais aussi des sacrifices qu’il a
consentis en quittant la lointaine Belgique pour se mettre à la
disposition de la Commission de discipline de sa famille politique. A
en croire des indiscrétions parvenues au Phare, Delly Sessanga, le
président de l’AR, lui a rendu une visite de courtoisie hier au Fleuve
Congo Hôtel. Cela laisse penser que l’espoir d’une rapide
clarification des malentendus est permis.
Eric Wemba