Les alertes au rapatriement d’étrangers se multiplient

0
410

Depuis les violences des 19 et 20 septembre 2016 et l’entrée du dialogue dans l’optique du passage en force contre les aspirations d’une large frange des Congolais, plusieurs missions diplomatiques et organismes internationaux accrédités en RDC multiplient les alertes au rapatriement de leurs personnels non essentiels et à la prévention des visites touristiques ou autres en territoire congolais. Dans ce créneau, les Etats-Unis d’Amérique, le Canada ainsi que l’Angola sont déjà passés à l’action, en réduisant leurs effectifs diplomatiques au strict minimum. La Belgique, pour sa part, a recommandé à ses citoyens résidant à Kinshasa et en provinces de se montrer fort prudents et d’éviter la fréquentation des zones à risques. Jusque-là, aucun mot d’ordre de rapatriement n’est encore lancé.

Même si leurs ambassades restent encore aphones, de nombreux étrangers parfaitement au courant des alertes échappées de celles des USA et du Canada se trouvent sur le qui-vive, prêts à quitter le territoire congolais en cas de pourrissement de la situation. Américains et Canadiens désireux de venir en séjour en RDC sont invités à choisir des destinations plus sécurisées.

          Les rapatriements, encore limités, de plusieurs diplomates étrangers et leurs familles ainsi que des employés de plusieurs organismes internationaux font remonter à la surface le rapport sorti par les Nations Unies à la mi-mai 2016, selon lequel le grand Congo pourrait connaître une situation chaotique d’ici la fin de l’année en cours à cause du report sine die de l’élection présidentielle.

          D’aucuns pensent que ces signes du temps ne sont pas à banaliser. Washington et Ottawa n’auraient pas pris la résolution d’éloigner leurs ressortissants du territoire congolais si les perspectives d’avenir étaient roses. La fin de l’année, à l’allure où se profile le blocage du processus électoral, s’annonce incertaine pour tous les Congolais et ceux qui ont choisi le Congo pour leur patrie. C’est le lieu d’exhorter les pyromanes politiques en puissance à bien réfléchir à l’avenir communautaire.                                                                                                   Kimp