Alain-Daniel Shekomba pour une alternance politique à valeur ajoutée

1
109

Rentré au pays il y a une semaine, Alain-Daniel Shekomba, leader de « Mission Nouvelle », a posé un acte historique hier au siège de la Commission électorale nationale indépendante, en déposant son dossier de candidature au poste de Président de la République qui sera au cœur du dispositif électoral du 23 décembre prochain.
Cette fois, le train a quitté la gare et rien ne pourra plus l’arrêter, sinon le verdict populaire qui mettra fin, le 23 décembre, à la descente aux enfers dans laquelle le pays se trouve engagé depuis quarante-neuf ans.

Conscient des attentes du peuple et des espoirs suscités par ce
nouveau cycle électoral, Alain Daniel Shekomba a exprimé, à sa sortie
des installations de la CENI, toute sa gratitude aux nombreuses
personnes dont les étudiants des universités et instituts supérieurs
qui ont fait le déplacement pour le soutenir dans cette démarche
démocratique visant une meilleure organisation et un fonctionnement
moderne du pays. Il a rappelé que le gros du travail reste à faire et
rien ne sera transformé en victoire sans l’esprit de discernement,
l’implication, la détermination, le soutien  et la vigilance de toutes
les couches de la population congolaise.
Après avoir jeté un regard révolté sur l’état de la nation, le leader
de « Mission Nouvelle » s’est déclaré convaincu qu’avec le degré de la
misère, de la pauvreté et des contre-performances économiques
occasionnées par les révolutions du 24 novembre 1965 et du 17 mai
1997, l’heure a sonné pour une alternance politique à valeur ajoutée
avec une nouvelle génération politique qui mette la RD Congo à l’abri
de la prédation, de l’injustice, de l’oppression, des tueries
barbares, des crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Cette
alternance à valeur ajoutée sera garantie par un oiseau rare, un homme
nouveau  qui s’emploie inexorablement au retour de la stabilité et à
une paix durable, à la reconstruction continue et au développement
intégral du Congo de Lumumba. Et il pense incarner cet oiseau rare.

L’aboutissement d’une longue marche.
Le dépôt de la candidature d’Alain-Daniel Shekomba est
l’aboutissement d’une longue marche qui a débuté, il y a plusieurs
années déjà, par des multiples contacts politiques, diplomatiques et
économiques à travers l’Afrique et l’Europe, avant le retour en RD
Congo, par Lubumbashi, le lundi 30 juillet dernier par un régulier
d’Ethiopian.
Pour rappel, aussitôt arrivé à Lubumbashi, Alain-Daniel Shekomba
était allé se recueillir, en compagnie des jeunes de la région, sur le
site de l’assassinat du Héros national Patrice Émery Lumumba avant de
communier, le mardi 31 juillet, avec les populations chrétiennes de la
capitale du cuivre. Il a, à cet effet, assisté à la messe matinale
dite en la cathédrale Notre Dame de la Paix de Lubumbashi.
Le même mardi 31 juillet vers 20h30’, le premier néo-missionnaire
Alain Daniel Shekomba atterrissait à Kinshasa par un régulier CAA. Le
lendemain, il circulait librement à travers la capitale pour déceler
davantage  les symptômes et les manifestations de l’extrême misère et
de la grandissante pauvreté des populations congolaises.
Toujours nostalgique de son Alma Mater, l’ancien président des
étudiants de l’Université de Kinshasa (année académique 1999-2000) a
effectué une visite surprise à l’Unikin où, accompagné par une foule
compacte, il a visité sa dernière chambre  en tant qu’étudiant au
numéro 629 au Home 6 du Plateau des résidents. Peu après, il a eu des
entretiens avec Olympe Mbala, actuel coordonnateur des étudiants de
l’Université de Kinshasa dans son appartement-office situé au Home 7
au numéro 733.
En toute modestie et en homme de terrain, Alain Daniel Shekomba s’est
rendu à l’Université par taxi, après avoir attendu sans succès un
transport public desservant l’Université de Kinshasa.
Dans la même journée, il a animé une conférence au cours de laquelle
il a répondu aux nombreuses questions des étudiants de l’Université de
Kinshasa en insistant sur l’impérieuse nécessité de l’émergence d’une
nouvelle génération politique par les urnes. Une nouvelle classe
politique qui assure une gestion orthodoxe des affaires publiques, des
ressources humaines et de l’espace vital que constitue la RD Congo,
a-t-il martelé lors de la conférence-débat à laquelle il a été convié
par la Lucha, ce 6 août, au Cepas, sous le thème : « Pouvons-nous
faire encore confiance aux acteurs politiques actuels? ». Un thème qui
sera sans doute au cœur des échanges tout au long de la campagne
électorale qui s’annonce.                      CK

1 COMMENT

Comments are closed.