Agriculture : le président du FIDA invite les Congolais à transformer leurs potentialités agricoles en richesses réelles

0
239

agriculture-RDC_cVanCoolen-Eureka-Slide-reporters-REA«La République Démocratique du Congo a le potentiel pour le développement de son secteur agricole. Le pays dispose de 80 millions d’hectares de terres arables qui pouvaient nourrir 3 milliards de personnes et avec des précipitations de 1.000 à 1.500 mm par an. Seulement 5% des terres arables sont utilisés et le pays n’arrive pas à nourrir ses 70 millions d’habitants et doit encore importer des denrées alimentaires pour couvrir ses besoins ».

Cette déclaration en guise d’interpellation des dirigeants congolais est du président du FIDA (Fonds international du développement agricole), Kanayo Nwanze. Il l’a faite au cours de la conférence de presse qu’il a animée, le lundi 20 juillet au cabinet du ministre de l’Agriculture et Développement rural, à l’issue de sa visite de 4 jours en Rdc.

Le Nigérian qui avait vécu en Rdc il y a 37 ans dans le cadre de la recherche à INERA/Mvuazi, dans la province du Bas-Congo, soutient que le développement n’est pas une question d’argent et encore moins d’aide. Mais, c’est d’abord l’affaire des personnes qui doivent prendre conscience de leur destin et lever l’option de transformer leur environnement en un monde libéré de la pauvreté et de la faim. Pour cela, il faudra commencer par l’encadrement, la responsabilité et l’engagement.

            Toutefois, à l’issue des entretiens qu’il a eus avec les autorités congolaises concernées par la question agricole, le conférencier s’est dit satisfait de leur prise de conscience. A l’en croire,  toutes les autorités avec lesquelles il a conféré, ont noté la nécessité qu’il y a d’allouer plus de ressources au secteur agricole en vue d’atteindre la cible de 10% dans le budget national que la Conférence de Maputo avait recommandés.

« Au Fida, nous croyons qu’avec des investissements responsables et ciblés en faveur du développement rural, la République Démocratique du Congo peut se nourrir, nourrir la sous-région, l’Afrique et même devenir le grenier du monde.

            Le Fida comme partenaire de la République Démocratique du Congo fera sa part sans faille, car nous sommes des acteurs engagés en faveur de la transformation du monde rural. Mais, il n’en demeure pas moins qu’aucune institution donatrice ne peut transformer les pays si ceux-ci ne souhaitent pas se transformer eux-mêmes ».

            A propos de l’engagement que doit prendre non seulement les dirigeants congolais, mais aussi tous les dirigeants africains en vue de transformer les ressources disponibles en richesses réelles et permettre ainsi à leurs populations de vivre à l’abri de la pauvreté et de la faim, Kanayo Nwanze renseigne que le continent noir dépense chaque année 35 milliards de dollars pour importer des produits alimentaires. Une situation qui interpelle et en appelle à la prise de conscience des dirigeants africains pour transformer leur mode de vie.         Dom