Affaire MUSHI Bonane : deux avocats dans le box des «kuluna» : le Barreau National dans l’embarras

0
40

            Le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bukavu a du pain sur la planche. A peine revenu hier d’une mission de service effectuée depuis une semaine à Uvira et ses environs, il va trouver sur sa table de travail un dossier chaud et fort sensible. A savoir l’affaire qui défraie la chronique tant locale que nationale concernant la tentative de meurtre perpétrée le samedi dernier par l’ancien ministre de la Recherche Scientifique du premier gouvernement de la 3ème République en l’occurrence Me Sylvanus MUSHI Bonane sur la personne de Me  Moïse Chifende qui, en plus de ses charges au barreau, donne cours à l’Université Catholique de Bukavu.

 

            Dossier sensible et chaud car il met en cause deux avocats, dont l’un dirige l’un des partis se réclamant proche du mouvement politico-militaire les MAI-MAI qui rassemble tous els résistants à l’occupation rwandaise pendant les deux guerres dites de libération ou agression. Dans l’hypothèse où l’infraction de tentative de meurtre était établie comme le pensent déjà de nombreux observateurs, le procès qui va s’ouvrir va mettre face à face deux avocats. Ce qui a comme conséquence d’embarrasser le barreau national. Une première dans les annales de l’histoire du barreau, a indiqué au Phare un ancien bâtonnier national qui craint que cela ne jette l’opprobre sur une profession libérale dont la principale mission est d’assister les orphelins, les veuves et les victimes des violations des droits de l’homme. Des véritables auxiliaires de justice qui se retrouvent aujourd’hui, ironie du sort, dans le box des accusés pour tentative de meurtre perpétrée par une arme blanche. 

 

            Et dire que tout cela est parti d’un conflit sur une portion de 10 mètres de terre qui aurait pu être réglé autour d’une table et conformément aux titres de propriété. IL est impensable que deux voisins puissent en arriver là ! Comment pourraient-ils continuer à vivre côte à côte ? Dieu merci, les jours de Me Moïse CHFENDE ne sont plus en danger, mais le traumatisme  subi ne va pas disparaître de si tôt, car les coups de poignard lui administrés et qui selon des témoignages concordants appartiendrait au garde du corps de l’ancien ministre doivent avoir laissé de traces indélébiles. Ne bénéficiant plus des immunités parlementaires pour avoir libéré sa place à l’assemblée nationale en entrant en 2007 dans le gouvernement d’Antoine GIZENGA, Me MUSHI Bonane est redevenu un justiciable ordinaire. Cependant, inscrit comme avocat aux Barreau de Kinshasa-Gombe et celui de Bukavu tout comme Me Moïse CHIFENDE, le bâtonnier national aura à opérer un choix délicat pour désigner des avocats à occuper en faveur de l’une ou l’autre partie au procès qui s’annonce palpitant et riche en rebondissements spectaculaires. A ce stade des débats, on imagine à peine les sanctions lourdes qui proviendraient de deux côtés, à savoir tout d’abord de la Cour d’Appel siégeant en matières criminelles avant que le Conseil de l’Ordre ne soit saisi ou se saisisse d’office et de plein droit. A suivre.

F.M.

LEAVE A REPLY

*