Affaire Me Pambu : des avocats organisent un sit-in au PGR, à la CSJ et au Cabinet de la Justice

0
81

justice6En guise de protestation contre la détention de leur collègue qu’ils jugent illégale, des avocats des barreaux de Kinshasa ont prévu ce vendredi 13 juin des sit-in. A cet effet, le cabinet du Procureur Général de la République, la Cour Suprême de Justice, la Primature, ainsi que le cabinet de la ministre de la Justice et Droits humains constituent des cibles pour cette manifestation de colère.

 Initialement prévu pour hier jeudi 12 juin, le sit-in a dû être reporté à ce vendredi 10 heures pour raison d’organisation, a-t-on appris des initiateurs.

Par ailleurs, dans une déclaration de presse signée par une dizaine d’avocats, en date du 11 juin 2014, tous barreaux de Kinshasa confondus, et remise aux rédactions les avocats, ils dénoncent l’arrestation de leur collègue Me Pambu Tshingana.

« Nous, confrères de Maître Alain Pambu Tshingana, Avocat, par la présente déclaration de presse, venons dénoncer avec la dernière énergie, l’arrestation illégale et arbitraire de notre estimé confrère en date du 11 juin 2014 dans le bureau de Madame la Ministre de la Justice et Droits humains, alors que le confrère exerçait son ministère d’Avocat conseil, conformément à son serment et aux lois de la République », lit-on dans le préambule de la déclaration.

Décrivant les circonstances ayant conduit à l’arrestation de leur confrère, ils font savoir qu’il s’agit d’une affaire qui oppose monsieur Gahuranyi Tanganika à Me Kabongo au sujet de l’immeuble sis boulevard Tshatshi n°33, dans la commune de la Gombe. Dossier couvert par le certificat d’enregistrement volume A 178 Folio 198 du 7 juillet 1980.

Me Pambu a été consulté par la succession de sieur Gahuranyi Tanganika, constituée notamment de Gahuranyi Mulamba Jean et Gahuranyi Umulerwa            Julie, respectivement fils et fille de Gahuranyi Tanganika, en vue de plaider le dossier.

Estimant que le dénouement du dossier prenait trop de temps et était au centre de multiples implications d’autorités judiciaires, Me Pambu et ses clients ont levé l’option de rencontrer la ministre afin d’obtenir son implication personnelle. C’est à cette occasion, renseigne-t-on, que Alain Pambu a été arrêté en compagnie de ses clients.

« Que c’est dans ces circonstances claires et non infractionnelles que notre estimé confrère accompagnant ses clients, a été irrégulièrement et arbitrairement arrêté sous ordre de Madame la Ministre de la Justice et amené au casier judiciaire, puis transféré au Parquet Général de Kinshasa/Gombe en date du 10 juin 2014, où un dossier RMP 6387/PG/WM a été ouvert à charge des précités, et ils sont en train d’être entendus actuellement au prétendu motif qu’ils se seraient rendus auprès de Madame la Ministre de la Justice soit disant sous la recommandation de la première dame de la République ».

Réclamant la libération de leur confrère et clients, les signataires de la déclaration invitent les autorités tant politiques que judiciaires à user de leurs prérogatives constitutionnelles et légales pour arrêter ce qu’ils qualifient de dérive judiciaire frisant le caporalisme.

Dom

LEAVE A REPLY

*