Affaire Me Kahasha à Ndolo : un renseignant annonce une lettre compromettante contre Yambuli

0
64

guillaume-kahasha-photoLe prévenu Yambuli, qui a été reconnu comme étant le chef de bande des criminels qui auraient abattu Me Guillaume Kahasha Ka-Nashi Bahala, dans la nuit du 7 au 8 septembre 2013, devant la parcelle de son père, a été déballé au cours de l’audience du 13 juin 2013 par le renseignant Yannick, cité à charge par le ministère public.

 Ce renseignant cité afin d’éclairer la religion du tribunal dans le dossier d’assassinat de Me Guillaume Kahasha, a au cours de son audition  apporté une précision en ce qui concerne sa relation avec le prévenu Yambuli.  Il a fait savoir au tribunal qu’il n’existe aucune relation particulière entre lui et Yambuli, le présumé assassin de l’illustre disparu. C’est seulement à la prison de Ndolo,  lorsque tous deux  étaient arrêtés, qu’il avait fait connaissance de ce dernier.  Il a relevé qu’il détient une correspondance venant d’un certain colonel Mwanza. Cette lettre était écrite au profit du prévenu Yambuli qui lui demandait de pouvoir changer sa façon de déposer  et de relater les faits devant le tribunal militaire, afin de le dédouaner de toutes les infractions mise à sa charge par le ministère public. Il a promis d’apporter ladite lettre à l’audience prochaine qui aura lieu le 20 juin 2014.

En réplique, les avocats de la défense se sont opposés aux moyens du renseignant Yannick. Ils ont estimé que ce dernier n’est qu’un simple renseignant, il n’a pas le droit de produire une quelconque pièce conformément au droit congolais. Et surtout que cette lettre ne produira aucune conséquence juridique, ont-ils ajouté. En ce qui concerne la version des faits du prévenu Yambuli, ils ont soutenu qu’il se connaisse bien avec le renseignant Yannick, parce qu’ils habitent le même quartier, contrairement aux dépositions  du renseignant.

Réagissant à ces propos, les avocats des parties civiles ont demandé au tribunal d’ordonner au renseignant d’amener cette lettre pour connaître l’authenticité des faits. C’est un renseignant très capital, parce qu’il connaît certaines vérités dans le présent dossier, ont soutenu les mêmes avocats.

Le tribunal a décidé de renvoyer cette cause à une semaine pour la manifestation de la vérité. Il va entendre à cette audience, d’autres témoins, et renseignants et va également procéder à la lecture de la lettre que le renseignant Yannick va lui apporter. En ce qui concerne la position du ministère public, il a abondé dans le même sens que le tribunal. Il a demandé à ce que ladite lettre soit produite.

Il y a lieu de rappeler que le tribunal devait auditionner plusieurs témoins et entendre la réaction du ministère public par rapport aux versions des faits présentés lors de l’audience du 6 juin 2014 par le prévenu Patrick et consorts, mais compte tenu du temps largement dépassé, il ne l’a pas fait. Il a entendu que Yannick.

Rappel

            Il y a lieu de rappeler que les prévenus Amisa Kiza, Raphael Kibuka, Grâce Kahasha, Mpoy, Yambuli, Kelekwa et consorts sont poursuivi par l’organe de la loi pour association des malfaiteurs, meurtre, détention illégale d’armes de guerre, non assistance à personne en danger, etc.

Murka

LEAVE A REPLY

*