Affaire Kikoka : le député R. Mpaka débouté par la CSJ

0
154

« L’affaire Kikoka », du nom du candidat député national Honoré Kikoka Toni, dans la circonscription électorale de Kimvula, district de la Lukaya, province du Bas-Congo, ayant pour toile de fonds un contentieux électoral, ou mieux préélectoral, a connu son épilogue le lundi 03 octobre à la Cour Suprême de Justice. En effet, cette Haute Cour, qui siégeait sous la présidence du magistrat Tuka Ika Banzungula, assisté des conseillers Bombulu Bombongo et Bikoma Bahinga, avec comme officier du ministère public l’Avocat général de la République Mumba et comme greffier Nkanga, a déclaré non fondée la requête en invalidation de la candidature de Honoré Kikoka Toni introduite auprès d’elle par le Rassemblement des Ecologistes Congolais (REC), parti du député national Ruffin Mpaka.

On rappelle que ce dossier, inscrit sous RCDC/DN.051 se rapportait en fait à une présumée double nationalité (belge et congolaise) imputée à Honoré Kikoka Toni par la partie plaignante (Rassemblement des Ecologistes Congolais). C’est sur la base de cette accusation que Ruffin Mpaka s’était débattu comme un diable dans un bénitier pour amener la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) à rejeter le dossier de candidature de Kikoka.
Mais les agents commis au Bureau de Réception et Traitement des candidatures aux législatives nationales, après avoir examiné sous toutes les coutures les éléments du dossier du candidat incriminé et surtout pris connaissance de l’Attestation n°Just 30/DCC/010/2007 portant déclaration de recouvrement de la nationalité congolaise établie et enregistrée sous le numéro 0038, Volume I, folio 0019 du 12 janvier 2007 délivrée par le ministère de la Justice, avait fini par endosser la candidature de Kikoka.

Ceux qui connaissent bien l’affaire Kikoka, laquelle avait fait grand bruit au niveau du Parquet Général de la République, à l’époque où celui-ci était tenu par le PGR Tshimanga, se souviennent qu’elle s’était terminée en faveur de ce haut magistrat, alors Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, car il avait réussi à démontrer avoir renoncé, depuis l’année 2005, à sa nationalité belge.
Au regard de ce qui précède, il sied de constater que Ruffin Mpaka et le REC ont voulu exhumer, pour des raisons électoralistes, un dossier administrativement clos depuis 2007.

Avec l’Arrêt de la Cour Suprême de Justice ayant consacré la défaite de ce député national et son parti, la bataille des urnes s’annonce fort serrée à Kimvula entre les élus de 2006, dont le bilan est négatif sur toute la ligne, et les prétendants à la succession. S’agissant singulièrement de Honoré Kikoka, sa participation à la matérialisation de plusieurs « chantiers » d’intérêt communautaire, à travers la SOKIDEV (Solidarité Kimvula Développement), se passe de tout commentaire. C’est à ce titre qu’il est cité comme un des espoirs de sa contrée pour la sortir du sous-développement et de l’enclavement. C’est aussi la raison du coup fourré qu’a tenté de lui assener l’auteur de la plainte articulée contre lui au niveau de la Cour Suprême de Justice. Le 28 novembre prochain, le souverain primaire de Kimvula tranchera.

Kimp

LEAVE A REPLY

*