Affaire Katumbi : l’Ensemble prépare des actions de rue

0
303

Après avoir saisi le Conseil d’Etat par le biais de deux requêtes sollicitant la requalification de Moïse Katumbi comme candidat à la magistrature suprême et en attendant les avis de cette haute juridiction du pays, la plate-forme « Ensemble pour le Changement », a
décidé de recourir, incessamment, aux actions de rue pour faire plier le pouvoir en place à Kinshasa.

Hier lundi 13 août 2018, les sociétaires de ce regroupement
politique, notamment  Delly Sesanga, Christophe Lutundula, Jean-
Bertrand Ewanga, Christian Mwando, Jean- Claude Vuemba et Moise Moni
Della, se sont donnés rendez-vous à Fatima pour sensibiliser leurs
militants aux pressions qu’ils envisagent d’exercer sur les tenants de
la Majorité Présidentielle, qui bloquent la candidature de leur
leader, dans l’intention bien arrêtée d’obtenir des élections
inclusives en décembre 2018.
Devant de nombreux militants de différents partis membres de
l’Ensemble réunis dans la salle des conférences de la paroisse Notre
Dame de Fatima, à Gombe, le Secrétaire général de cette plate-forme
politique a annoncé des manifestations publiques synchronisées, qui
vont être lancées, dans un bref délai, sur toute l’étendue de la
République Démocratique du Congo. L’objectif visé est d’obtenir le
retour de Katumbi au pays et sa participation aux élections.
Il a souligné que l’Ensemble vient d’ouvrir deux fronts pour obtenir
gain de cause, d’abord le front judicaire avec la saisine du Conseil
d’Etat ; ensuite la rue pour des manifestations publiques pacifiques.
Concernant la candidature commune de l’Opposition, Delly Sesanga a
fait remarquer qu’elle doit être la résultante d’un processus
politique qui devrait conduire aux élections libres, démocratiques,
transparentes, inclusives et apaisées.
« Si tous ces 5 critères sont remplis, il y a lieu d’aller vers une
candidature commune de l’opposition », a-t-il déclaré, avant de
marteler que « Discuter de la candidature commune sans obtenir  des
élections inclusives, c’est mettre la charrue devant les bœufs ».
Pour le Secrétaire général de l’Ensemble, la non-candidature de
Joseph Kabila est certes une victoire pour le peuple congolais mais
non la fin du combat. C’est ainsi qu’il a demandé à ses pairs de
l’Opposition de faire bloc et de parler le même langage pour exiger et
obtenir le retour de Moise Katumbi au pays, en homme libre, afin qu’il
puisse déposer sa candidature à la présidentielle et participer à ce
scrutin au même titre que les autres prétendants.
Cette sensibilisation ne se fera pas qu’à Kinshasa, raison pour
laquelle une marche est annoncée pour ce samedi 18 août 2018 à
Lubumbashi, par le Coordonnateur de l’Ensemble dans le Grand Katanga,
Gabriel Kyungu wa Kumwanza.
Éric WEMBA