Affaire du « Rocher Frappé » : l’audition d’un enregistrement bloque la procédure

0
55

Prévue pour hier jeudi 5 novembre 2015, l’audience, au degré d’appel, consacrée à la poursuite de l’instruction et aux plaidoiries, dans le dossier opposant le Révérend Pasteur Médard Kankolongo, de l’église le « Rocher Frappé », située dans la commune de Kasa- Vubu, a ses fils spirituels Crispin Nyala et Isaac Kanyinda, n’a pu se tenir devant le Tribunal de Grande Instance de Matete. L’absence du co-prévenu Isaac Kanyinda a contraint le tribunal de décider une énième remise à la demande du conseil de ce dernier. Motif invoqué : Isaac Kanyinda a dû accompagner sa mère, malade, dans un centre hospitalier de la ville. Ce cas de force majeure ne pouvait pas permettre l’audition d’un enregistrement qui l’incrimine en son absence.

En effet, dans ce dossier enrôlé sous le RPA 2815, le Révérend Pasteur Médard Kankolongo a interjeté appel contre une décision rendue par le Tribunal de paix de Matete, qui l’avait condamné au paiement de 5000 dollars américains des dommages et intérêts, bien que c’est lui qui avait initié une action dans laquelle il se plaignait d’être victime des dénonciations calomnieuses et imputations dommageables. Dénonciations qui n’avaient pas convaincu les 1ers juges. Il estime que s’ils avaient pris en compte les dépositions des témoins, il n’aurait pas été débouté dans son action.

Pour rappel, dans leurs relations au sein de l’église le « Rocher Frappé », Crispin Nyala et Isaac Kanyinda devaient permettre la mise sur le marché d’un album d’un musicien du nom de Bukasa. En guise de préfinancement, une somme de 2000 dollars américains avait été déboursée par Crispin Nyala, en sa qualité de producteur, en attendant de gagner 10.000 dollars après la vente de cet album auprès d’un preneur en Europe.

La cagnotte sus indiquée devait être repartie selon les modalités convenues entre parties. Une maquette, avant publication, était remise au Révérend Pasteur, d’après les déclarations d’Isaac Kanyinda lors des audiences du 3 et 17 septembre derniers, pour audition et appréciation.

Mais, contre toute attente, cet album s’était retrouvé sur le marché avec l’effigie du Pasteur sur la pochette. Raison pour laquelle le producteur Crispin Nyala avait exigé le remboursement de ses 2000 dollars américains. C’est lors de la séance d’un règlement à l’amiable au sein de l’église, à la demande du parquet, que les violons ne s’étaient pas accordés entre le pasteur, qui devait restituer l’argent, et les bénéficiaires.

Le Révérend Pasteur Médard Kankolongo, d’après Crispin Nyala et Isaac Kanyinda, s’était rétracté. Et, Crispin Nyala et Isaac Kanyinda, selon le Pasteur et ses renseignants, s’étaient illustrés par des propos diffamatoires. Propos qui étaient enregistrés par ses renseignants au moment des échanges de paroles entre protagonistes.

 Il faut aussi signaler que lors de l’audience du 17 septembre dernier, le mystère était resté entier au sujet de l’auteur de l’enregistrement incriminant Crispin Nyala et Isaac Kanyinda. Car Willy Kanku et Thierry Tshiyoyo Kankolongo, revendiquaient chacun la paternité de l’enregistrement.

 

Yves Kadima