Affaire Denis Lessie et consorts : troublantes révélations de l’ex-ministre Ntahwa

0
63

LessieAu cours de l’audience publique d’hier jeudi 20 juin 2013 à la prison de Ndolo, l’ex-ministre du Budget, Jean-Baptiste Ntahwa, a fait des révélations troublantes, et confirmé ses accusations contre le prévenu Denis Lessie et ses co-accusés. Il a également rappelé les circonstances dans lesquelles les précités avaient usé des manœuvres frauduleuses pour lui soutirer d’importantes sommes d’argent.

Après avoir enregistré la version des faits du pasteur Ntahwa, le tribunal a posé des questions avant de renvoyer l’affaire au jeudi 27 juin prochain, pour la comparution personnelle de Drolia et la suite de l’instruction.

Appelé à la barre pour éclairer le tribunal sur les infractions mises à charge des prévenus, le pasteur Ntahwa a confirmé avoir remis plusieurs fois des sommes d’argent au prévenu Denis Lessie et à son entourage. Il a soutenu que le numéro un de l’église de réveil « Arche de Noé » s’était fait passer pour le conseiller spirituel du Chef de l’Etat et lui avait garanti un poste ministériel moyennant certaines libéralités à consentir en faveur de la famille présidentielle. Selon le plaignant, on lui avait croire que celle-ci était mécontente du fait que lorsqu’il était ministre du Budget, il aurait bloqué un document et porté une grave atteinte aux intérêts de sa sœur jumelle, Jaynet Kabila.

Aussi, pour rentrer dans les bonnes grâces de la famille présidentielle, il devait d’abord payer des dommages et intérêts à titre de réparation des préjudices subis par Jaynet. Et Ntahwa a indiqué que faisant foi aux propos de Denis Lessie, il avait fini par libérer la somme de 85.000 dollars américains pour le compte du chef de l’Etat en plus d’une Jeep pimpant neuf, 45.000 pour le véhicule à sa jumelle Jaynet Kabila et 17.000 $ pour le véhicule de maman Sifa.

L’ancien ministre du Budget a fait remarquer qu’après avoir empoché l’argent, Denis Lessie a disparu de la circulation. Il avait emporté tout le magot et vendu la jeep soit-disant destiné eau Rais, en association avec ses complices, à savoir l’adjudant Kasongo wa Ngoy, ancien chauffeur de l’escorte présidentielle, qui s’était fait passer pour un capitaine des FARDC,  et Okunimo Mambusa, qui se faisait passer pour le frère du Chef de l’Etat.

Avant de se soumettre aux questions du tribunal, le ministre honoraire du Budget a relevé que lorsque le dossier était arrivé à l’ANR, Denis Lessie avait mandaté sa femme pour lui demander pardon afin qu’il retire sa plainte. Passant aux aveux au niveau de ce service spécialisé, il avait pris l’engagement de restituer tout l’argent ainsi que la Jeep qu’il lui avait escroqués. Le pasteur Ntahwa a fait savoir qu’il avait une confiance aveugle en Denis Lessie, serviteur de Dieu comme lui,c’est ainsi qu’il ne lui avait pas exigé des décharges. Aussi était-il estomaqué de voir l’intéresser verser dans des dénégations devant le tribunal.

Quant au prévenu Okunimo, le pasteur Ntahwa a indiqué avoir fait sa connaissance par le canal de son ami Kasongo wa Ngoie, parce que le précité avait sollicité une assistance sociale auprès de lui pour se faire soigner. C’est dans cette circonstance qu’il a rencontré les deux prévenus.

Après la déposition de l’ancien ministre du Budget, le pasteur Denis Lessie est passé à la barre. A la question du ministère public de savoir combien d’argent avait-il reçu de Ntahwa, il a martelé n’avoir perçu aucun sou du précité. Et le ministère public lui a fait remarquer qu’à l’audience passée, il avait accepté avoir reçu 2.100 $, ce qui était contradictoire avec ses dénégations du jour.

-MP : Quelle était la nature de la jeep reçue de Ntahwa ?

-Lessie : C’était une donation parce qu’on est amis.

 Réagissant à cette déclaration, le collectif des avocats du pasteur Ntahwa a fait constater au tribunal que c’était un mensonge planifié et que le prévenu n’était pas constant dans ses propos parce qu’au parquet, il avait allégué d’autres faits.

-MP: Dans quelle circonstance avez-vous connu les prévenus ?

-Lessie :  Ici seulement à la prison.

MP :-Es-tu déjà allé à Lubumbashi pour remettre le véhicule à la mère du Chef de l’Etat ?

-Lessie : C’est devenu un théâtre de chez nous, parce que je ne connais rien dans tout ça. Je soutiens juste l’idéologie du Chef de l’Etat.

Le ministère public a estimé que les prévenus méritent une condamnation sévère parce qu’ils se sont organisés en association de malfaiteurs.

-Tribunal : Pourquoi aviez-vous utilisé les véhicules de Ntahwa ?

-Lessie : Parce que c’était une donation  pour mes diverses courses.

L’un des avocats de Ntahwa a répliqué que c’était incorrect, il ne s’agissait pas d’une donation. Il devait vendre puis amener l’argent à qui de droit.

-Tribunal : combien de fois aviez-vous circulé dans cette fameuse jeep ?

-Lessie : je ne sais plus, parce que ça m’appartenait. Si la jeep ne m’appartenait pas, pourquoi Ntahawa avait-il établi en mon nom l’acte de cession ?

-Réplique de Ntahwa : Si j’ai fait ça, c’est parce que c’était lui qui était chargé de la vendre et amener l’argent. Et c’est lui qui m’avait proposé le client. Or, c’était un coup monté.

En ce qui concerne les preuves, les avocats de Ntahwa ont rappelé au tribunal qu’étant donné qu’en matière pénale, il y a la liberté des preuves, tout indice pouvait servir à cette fin. A part les preuves écrites, même les témoignages étaient valables. Et dans le cas d’espèce, Ntahwa a promis de présenter les SMS lui envoyés par Lessie lorsqu’il accomplissait sa mission.

Et pour bien éclairer le tribunal, les avocats de Ntahwa ont sollicité la comparution du chauffeur qui s’était présenté avec Lessie pour retirer la jeep. S’agissant de cette demande, le tribunal a promis de réagir à la prochaine audience.

 Murka 

LEAVE A REPLY

*