Affaire Denis Lessie et consorts : les prévenus contestent l’expertise de Vodacom

0
100

denie lessieDenis Lessie et ses complices à savoir, Thierry Okunhimo et Kasongo wa Ngoy ont au cours de l’audience publique d’hier mardi 27 Août à la prison de Ndolo rejeté l’expertise de Vodacom. Ils ont tous nié avoir échangé des SMS à travers les numéros « 0817717056, 0811171113, 0822010201, etc. » avec Jean-Baptiste Ntahwa.  Par contre le rapport de vodacom déposé au tribunal renseigne qu’il y a eu échange des SMS et des appels entre les numéros sus indiqués. En effet, l’expert de Vodacom SPRL a, au cours de son audition devant le tribunal des céans, affirmé qu’il y a eu communication parfaite entre les numéros qui sont repris dans leur rapport. Mais ce rapport ne fait pas allusion à l’identification des utilisateurs.

Le tribunal, après avoir été suffisamment éclairé, a renvoyé l’affaire à la prochaine audience fixée au  jeudi 4 septembre 2013 pour la plaidoirie. On note que le conflit qui oppose l’ancien ministre du budget Ntahwa à Lessie et consorts porte sur l’escroquerie, la violation de consignes, incitation des militaires à la violation des consignes du travail, etc.

D’entrée de jeu, l’expert de Vodacom, après avoir traduit quelques termes techniques contenus dans ce fameux rapport, a répondu à quelques questions du tribunal  relatives au fonctionnement du système de vodacom. Ce dernier qui était accompagné de son conseiller juridique, a   martelé que c’est après six mois que Vodacom efface les données des numéros qui ne sont plus opérationnels dans son serveur. Il a martelé que le travail de vodacom est de faciliter le transport des appels et des SMS du point A vers le point B. Il ne modifie rien mais plutôt elle aide ses abonnés. Lorsqu’un numéro est désactivé pendant une année, Vodacom le récupère pour le réattribuer à quelqu’un d’autre. Il y a possibilité qu’une personne puisse s’envoyer même un message. Mais pour modifier le message reçu c’est pratiquement impossible, parce que l’heure de la réception du message apparait. Il a confirmé que toutes les données reprises dans ledit document sont authentiques à 100%.

En réplique, les avocats de la défense ont soutenu que la documentation mise à la disposition du tribunal par Vodacom est fausse parce que ces SMS sont fabriqués par Ntahwa lui-même. Et leurs clients ne reconnaissent pas ces texto ni les numéros précités.

Le ministère public a rappelé au tribunal qu’à l’ANR Lessie et Kasongo étaient passé aux aveux. Ils avaient accepté les faits mises à leur charge et avaient sollicité un arrangement à l’amiable. C’est étonnant de les entendre nier les mêmes faits à ce jour. Il a demandé au tribunal d’appliquer le bon droit parce qu’il y a consommation de l’infraction.

Rappel

Le prévenu Denis Lessie et consorts sont poursuivis par le ministère public pour avoir fait usage des fausses qualités dans le but de soustraire des sommes d’argents et des véhicules à la partie civile Jean-Baptise Ntahwa. Ils avaient utilisé des fausses fonctions et ont causé préjudice à l’ancien ministre du budget Ntahwa,  au sujet du litige qui aurait existé entre lui et la sœur jumelle du chef de l’Etat, Jaynet Kabila.

On signale que la deuxième partie civile, Drolia Omedal, victime d’escroquerie occasionnée par Denis Lessie, ne cesse de demander la restitution de son véhicule au tribunal. Dans l’impossible, elle sollicite du tribunal la désignation  d’un garage approprié de son choix  pour assurer l’entretien et la maintenance de son véhicule acheté dans de bonnes conditions.

Murka

LEAVE A REPLY

*