Affaire de deux filles mineures violées : bloqué à Makala, Diomi Ndongala absent à la CSJ

0
232

diomi-ndongala-photo-jeune-afriqueL’instruction à la Cour Suprême de Justice de l’affaire Eugène Diomi Ndongala Nzomambu, président de « Démocratie Chrétienne », poursuivi par le Parquet Général pour viol sur deux mineures et atteinte à l’autorité, n’a pas eu lieu comme prévu. Pour cause! Son extraction pose problème. Les autorités de la prison de Makala n’ont  pas signé un document pour sa sortie alors que la date de l’audience à la CJS était prévue pour le 26 août 2013. Pour ce motif, la CJS a de nouveau renvoyé au 16 septembre 2013 cette affaire pour que le prévenu comparaisse  physiquement. La même cour a refusé aux avocats des parties au procès de représenter leurs clients à l’audience prochaine, parce qu’il s’agit d’une matière pénale qui exige la célérité et la comparution de tous les concernés.

 On rappelle qu’au terme de son audience publique du 22 juillet 2013, la CSJ  avait renvoyé l’affaire pour faire comparaitre physiquement le prévenu Diomi Ndongala afin de se défendre seul. Et ses avocats avaient à cette audience fait remarquer aux juges que l’exploit introductif d’instance était irrégulier à l’égard de leur client qui est jusqu’à ce jour aux arrêts à la prison Centrale de Makala. Selon ces praticiens du droit, cet exploit qui saisit la Cour  violait les dispositions de l’article 54 du Code pénal dans son alinéa 2.

 Pour rappel, le député national délesté de son immunité et invalidé, Eugène Diomi Ndongala, a été arrêté pour la première fois le 26 juin 2012 au motif qu’il aurait commis un viol sur deux jeunes-filles présentées comme des enfants d’une même famille.  Et quelques mois après son arrestation,  la police s’était rendue au siège de son parti. Et le 27 juin, il aurait été enlevé pour réapparaître à la veille du Sommet de la Francophonie, le 12 octobre 2012. Et le 8 avril, il sera repris par la police jusqu’au jour d’aujourd’hui.

On note que la Cour Suprême de Justice avait pris un arrêt assignant  Diomi Ndongala à la résidence surveillée mais le Parquet Général de la République l’avait placé à la Prison Centrale de Makala sous prétexte que sa fuite est à craindre.

         Murka 

LEAVE A REPLY

*