Affaire de 6,5 millions Usd de TVA et IPR détournés à l’Ogefrem : Anatole Kikwa dément

0
185
arton9467«Ce qui a été dit, c’est du mensonge, aucune entreprise publique ne peut mobiliser un tel montant durant cette période. Nous sommes à une période maritime où, les recettes ont tellement baissé. Prétendre qu’Anatole Kikwa a détourné l’argent destiné au fisc, c’est du mensonge, de la calomnie et de la diffamation, étant donné que l’Ogefrem a  du mal à mobiliser cette somme d’argent pour le moment. Nous avons payé l’impôt à la Sofibanque la semaine passée et j’ai d’ailleurs devant moi les documents : l’ordre de payement et l’attestation. Outre ces preuves de payement, nous détenons les copies de différentes correspondances du ministre du Portefeuille honoraire, Louise Munga, et de l’Association Nationale des Etablissements Publics et Entreprises du Portefeuille (ANEP) relative à la remise maximale de 50% des pénalités sur base d’un accord préalable d’étalement de la dette fiscale ».
            Tels sont les propos qu’a tenus Anatole Kikwa, directeur général de l’Office de Gestion du Fret Multimodal (OGEFREM) lors de la conférence de presse qu’il a animée hier lundi 13 février 2017 au siège de cette entreprise. D’entrée de jeu, il a commencé par réitérer ses vœux au Président de la République pour l’avoir reconduit au poste de Directeur Général.
            Deux points étaient à l’ordre du jour, à savoir la situation générale de l’office et la présentation détaillée de la situation financière de l’entreprise suite aux accusations faites dans organes de presse de la place, selon lesquelles il aurait détourné environ 7 milliards de francs congolais, l’équivalent de 6,5 millions de dollars américains entre 2012 et 2016, au titre de la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) et IPR (Impôt Personnel sur le Revenu) non versés à la DGI (Direction Générale des Impôts).
 
30%  de baisse de recettes
 
            Le D.G de l’Ogefrem a souligné que son entreprise évolue dans les mêmes conditions économiques, environnementales et sociales que toutes les entreprises publiques de l’Etat. Or, actuellement, le climat politique du pays met en difficultés les investisseurs. Ceci a comme conséquence la baisse du volume des importations et des exportations suite à la baisse des cours des matières premières.
            Outre cela, le DG de l’Ogefrem a relevé que le nombre des navires a diminué dans les différents ports congolais et les rares qui accostent ont un faible tonnage. Anatole Kikwa a indiqué que les difficultés financières de l’Ogefrem sont aussi dues aux différentes décisions prises par le gouvernement sur la suppression de certaines taxes : interdiction d’entrée des véhicules de plus de 10 ans d’âge ; réduction de la taxe d’importation pour les denrées alimentaires (chinchards, riz, etc.) ; remboursement à la banque de 4 millions de dollars investis par l’Ogefrem dans l’actionnariat de Congo Airways. Une autre difficulté, c’est le payement de la Feri à l’étranger.
 
« Kikwa n’a rien détourné »
 
            Tel est le démenti cinglant opposé par Anatole Kikwa à ses détracteurs. D’aucun pensent qu’après toutes les performances qu’il a réalisée dans la droite ligne de la vision du chef de l’Etat basée sur la « Révolution de la Modernité », il serait injuste de le diaboliser sans fondement.
            Selon les informations en notre possession, Cyrille Mirindi Batumike Nkuba Jean Cyrus est un cadre de commandement à l’Ogefrem et non directeur. Face aux fausses accusations faites par ce dernier, Anatole Kikwa a promis de saisir les instances judiciaires, par le canal de son avocat, le Bâtonnier Matadi Wamba, afin son accusateur apporte les preuves de ses allégations. A titre d’exemple, il a informé la presse de la libération, par son entreprise, en date du 07 février 2017, de la somme de 50.000.000 Fc (cinquante millions de francs congolais) au titre de l’impôt, les bordereaux 49737 et 49738 faisant foi.
            Pour l’année en cours, le comité de gestion de l’Ogefrem envisage de lancer les travaux à Moanda, Goma et ceux de construction du port sec de Kasumbalesa d’ici peu.
Dorcas NSOMUE