Affaire CMSK : l’Intersyndicale du Katanga préconise

0
42

L’affaire Gécamines-EGMF (Entreprise Générale Malta Forrest), après avoir largement secoué les milieux judiciaires, politiques et économiques tant à Lubumbashi qu’à Kinshasa, vient enfin de toucher le monde des syndicats. Née à la suite d’une divergence d’approche du partenariat liant les deux protagonistes au sein de la CMSK (Compagnie Minière du Katanga), elle se trouve présentement pendante au niveau des instances judiciaires tant congolaise qu’étrangère.

On rappelle que la pomme de discorde concerne les velléités de la Gécamines de vouloir faire main basse sur les 60 % des parts de l’EGMF dans le capital social de la CMSK (Compagnie Minière du Sud-Katanga). Selon les observateurs, le conflit a pour toile de fond la mauvaise interprétation, par la Gécamines, de l’intention exprimée au mois de juin 2011 par George Arthur Forrest, actionnaire au sein de EGMF, de solliciter l’achat des parts de cette société au sein de la CMSK.

En dépit de la réponse négative réservée par la haute direction de l’EGMF à la démarche de George Arthur Forrest, la Gécamines avait saisi l’occasion pour brandir son droit de préemption sur ce qu’elle a considéré comme une offre formelle de vente aux enchères des actions de l’Entreprise Générale Malta Forrest au sein de la Compagnie Minière du Sud Katanga.

Et, comme pour créer davantage de confusion, le Tribunal de Commerce de Lubumbashi était entré dans le danse pour donner raison à la Gécamines, violant du coup les dispositions statutaires du partenaire qui insistent sur la saisine de la Cour Internationale de Commerce de Paris en cas de litige. Craignant l’arbitraire, EGMF a aussi attrait la Gécamines au niveau de cette juridiction internationale.

Aux dernières nouvelles, c’est l’Intersyndicale du Katanga qui vient de se signaler sur la scène. En effet, au terme de sa réunion extraordinaire tenue le 22 septembre 2011 à Lubumbashi, sous la direction de son président, Ngoie Kenge Kya N’soni, assisté du Secrétaire général Lubamba Kilobo, elle a fait parvenir aux Administrateurs Délégués Généraux de la Gécamines et de l’EGMF les conclusions du procès-verbal établi à cette occasion, avec ampliation au Président de l’Assemblée Provinciale du Katanga, au Gouverneur de la Province du Katanga et au ministre provincial des Affaires Sociales, Santé et Travail.

Il appert, à la lecture du procès-verbal en question, que l’Intersyndicale du Katanga préconise le dialogue entre le Gécamines et l’Entreprise Générale Malta Forrest, dans le conflit d’intérêts qui les oppose au sein de la Compagnie Minière du Sud-Katanga (CMSK). Cette organisation syndicale s’est pratiquement alignée sur la position de l’Assemblée Provinciale du Katanga qui, au terme de sa plénière du 06 septembre 2011, avait suggéré une médiation du Gouverneur du Katanga pour amener les protagonistes à un règlement à l’amiable. Le Parlement avait toutefois proposé des mesures transitoires avant les négociations, à savoir le retrait de toutes les plaintes des parties introduites auprès des instances judiciaires et la poursuite des activités de CMSK en vue de protéger les emplois, la production et les salaires.

Dans son plan de sortie de crise, l’Intersyndicale du Katanga exhorte à son tour la Gécamines et l’EGMF (Entreprise Générale Malta Forrest) à protéger l’emploi, à privilégier la production, le paiement des salaires et la paix sociale.
Marchant sur les pas de l’Assemblée Provinciale, l’Intersyndicale du Katanga en appelle aux négociations, en vue d’un règlement à l’amiable du conflit. Pour les observateurs avisés, cette organisation syndicale redoute certainement les conséquences de l’enlisement d’un dossier, dont les principales victimes pourraient se compter dans tous les camps : cadres et agents de la Gécamines, de l’EGMF, de CMSK, régies financières et administration publique du Katanga, différentes structures de sous traitance, etc.

En effet, un passage en force de la Gécamines dans sa tentative de contrôle de l’actionnariat de CMSK, au détriment de l’EGMF ne serait rien d’autre qu’un suicide pour elle-même et la Compagnie Minière du Sud Katanga, dont elle prétend assurer le développement sans le concours de sa partenaire. Pourtant, nul n’ignore, au Katanga comme en dehors de cette province, le poids financier de l’Entreprise Générale Malta Forrest dans les activités de production et de commercialisation des minerais. Une fois bloqué l’ambitieux programme d’investissement inscrit dans son agenda, ceux qui cherchent à mettre absolument le feu dans CMSK pourraient regretter amèrement leur démarche. Au Katanga, tout le monde a déjà compris, même au niveau de l’Intersyndicale, que cette société ne peut pas survivre sans l’expertise et les financements de l’Entreprise Générale Malta Forrest.

Kimp

A Messiers les Administrateurs Délégués Généraux de GCM et de l’EGMF
Tous à Lubumbashi

Messiers,

Concerne : Transmission du PV de la réunion extraordinaire de l’intersyndicale du Katanga tenue en date du 22/09/2011

Nous avons l’honneur de venir par la présente, auprès de vos compétences vous transmettre le PV sus évoqué en concerne et nous vous en souhaitons bonne réception.

Veuillez agréer, messieurs, l’expression de notre franche et sincère collaboration.

POUR L’INTERSYNDICALE DU KATANGA

LE SECRETAIRE GENERAL, LUBAMBA KILOBO

LE PRESIDENT, NGOIE KYENGE KYA N’SONI

 

PV DE LA REUNION EXTRAORDINAIRE DE L’INTERSYNDICALE DU KATANGA DU 22/09/2011

PV DU JOUR / CONFLIT ENTRE LA GCM ET EGMF

Le président de l’Intersyndicale du Katanga, le camarade Ngoie Kyenge Kya N’Soni ouvre la séance à 10h00’ et remercie les participants d’être venus.

Il expose clairement le seul point à l’ordre du jour à savoir :

Le conflit GCM et EGMF

Nous syndicats, ayant comme l’un des objectifs la protection et la stabilité de l’emploi d’autant plus que nous avons les membres dans ces deux entreprises. Etant donné que l’Assemblée Provinciale du Katanga, qui a reçu les deux délégations, à savoir la GCM et l’EGMF, a dégagé une recommandation qui a pour objectif de :
1. Protéger l’emploi ;
2. Privilégier la production ;
3. Privilégier le paiement du salaire ;
4. Privilégier la paix sociale

Ces points contenus dans la recommandation de l’Assemblée Provinciale du Katanga, ont rencontré l’assentiment de l’Intersyndicale du Katanga et cela pour l’intérêt de tous, tout en demandant aux uns et aux autres de garder le calme jusqu’aux élections, car pour elle, l’emploi est un atout majeur pour le développement intégral de notre pays la RDC.

Vu ce qui précède, l’Intersyndicale du Katanga, après débat et délibération se rallie à la position et à la recommandation de l’Assemblée Provinciale du Katanga à savoir :
1. Que les partenaires dans CSMK (GCM et EGMF) privilégient les négociations autour d’une table ;
2. Que les plaintes qui ont été déposées de part et d’autres soient retirées ;
3. Que CSMK continue à fonctionner comme par le passé pendant toute la durée des négociations pour garantir les emplois, la production et les salaires.

Fait à Lubumbashi, le 22/09/2011

LEAVE A REPLY

*