Affaire Chebeya : verdict le jeudi 17 septembre 2015

0
142

floribertchebeya002Le procès des assassins de Floribert, en appel devant la Haute Cour Militaire, va connaître son épilogue dans plus ou moins deux semaines. A l’issue de l’audience d’hier lundi 31 août 2015 à la Prison Centrale de Makala, le jprésident a annoncé le verdict pour le jeudi 17 septembre 2015.

Peu avant cette annonce, le rapport d’autopsie du corps de Chebeya a suscité un débat houleux entre les différentes parties au procès, notamment les avocats des parties civiles, le ministère public, les avocats de la défense ainsi que ceux de l’Etat congolais.

On rappelle qu’à la dernière audience, le jeudi 27 août, les avocats de la défense et ceux de la République s’étaient empoignés, dans leurs plaidoiries, autour du rapport d’autopsie des médecins-légistes hollandais et congolais, pour soutenir que le directeur de la Voix des Sans Voix avait tiré sa révérence à la suite d’une mort naturelle.

            D’après les précités, ce rapport ne signale aucun signe de violence dont la victime aurait fait l’objet.

            Dans leur réplique, les avocats des parties civiles ont remis totalement en cause la qualité du Docteur Tshomba, le médecin- légiste congolais, qui avait interprété ce rapport d’autopsie rédigé en Néerlandais.

            Maître Peter Ngomo conseil d’une des parties civiles n’a pas hésité à qualifier le docteur Tshomba de faussaire. A l’en croire, ce médecin ne serait pas détenteur d’un diplôme de médecin-légiste de l’Université Libre de Bruxelles comme il est prétend.

            L’avocat précité s’est même permis d’exhiber devant la Haute Cour Militaire le présumé faux diplôme du docteur Tshomba.  Il est allé jusqu’à lui dénier à ce médecin le titre de professeur d’université. Selon lui, le docteur Tshomba n’a jamais été nommé à ce titre par ordonnance présidentielle.

En conclusion, Peter Ngomo a soutenu que son interprétation du rapport d’autopsie du corps de Chebeya, n’avait aucune crédibilité.

            En solidarité avec son collègue de la partie civile, maître Richard Bondo a souligné que le médecin-légiste néerlandais avait souligné, dans sa conclusion, qu’en cas de controverse, on devait prendre en compte seulement sa version néerlandaise.

            Le ministère public a, quant à lui, estimé que ce rapport des médecins-légistes, qui ne présentent que des hypothèses, devait être complété par celui de la police scientifique.

Il a souligné que le rapport de la police scientifique atteste que Chebeya est mort  après avoir été étranglé au cou par ses bourreaux.

            Par contre, la défense a affirmé que le rapport de l’autopsie fait foi. Maitre Bokata a fait remarquer que le docteur Tshomba  avait rédigé ce rapport avec d’autres médecins- légistes congolais et néerlandais. Il a ajouté que ledit rapport avait été remis aux autorités congolaises par l’ambassadrice des Pays-Bas.

Pour les avocats de la République, ce rapport est valable, étant donné qu’au premier degré, les parties civiles ne l’avaient jamais remis en cause.

Avant de prendre l’affaire en délibéré, les prévenus sont montés au prétoire pour dire chacun son dernier mot. Comme au premier degré, Mukalay et consorts ont plaidé non coupables.

ERIC WEMBA