Affaire Chebeya : levée de censure à Yaoundé

0
39

003062010092708000000chebeyaLe festival Ecrans Noirs de Yaoundé au Cameroun a sorti, hier mercredi 3 juillet 2013, un communiqué qui annonce la levée de l’interdiction du film «L’affaire Chebeya, un crime d’Etat ?»  de Thierry Michel et sa présentation en compétition demain jeudi 4 juillet à 19h.  « Je ne suis cependant plus convié à venir présenter ce film contrairement à ce qui avait été annoncé dans la lettre d’invitation » a réagi son auteur belge, exprimant son sentiment à la publication de ce communiqué.

            Pour lui, c’est donc une belle victoire pour le cinéma,  la liberté d’expression, et pour les défenseurs des droits de l’homme particulièrement concerné par ce film sur l’assassinat de Floribert Chebeya et la disparition de son chauffeur Fidèle Bazana en RD Congo voici juste trois ans. Ajoutant par ailleurs qu’il était évident qu’interdire le film «L’affaire Chebeya», portant sur un sujet extrêmement sensible pour la communauté internationale, allait provoquer bien des remous.

En définitive, le cinéaste a tenu à remercier tous ceux qui ont réagi et interpellé le festival sur « cette brutale censure d’un autre âge qui faisait tomber dans ce pays le rideau sur ce film internationalement multi-primés et déjà présenté dans plusieurs pays d’Afrique »

            Rappelons également que le film est toujours interdit en République Démocratique du Congo et que son auteur y est toujours «persona non grata»’.

            Concernant le film « L’affaire Chebeya, un crime d’État ? », il figure dans la catégorie «Films étrangers» sur la liste officielle des films en compétition à la 17ème édition du festival Écrans noirs (à Yaoundé du 29 juin au 6 juillet). Mais, sur le programme distribué à l’ouverture du festival, le documentaire de Thierry Michel a disparu. Et pour cause ! Il a été interdit de diffusion au Cameroun.

              Dirigé par Marcel Epée Mbody (qui a pris le relais de Bassek Ba Kobhio, le fondateur), le festival a soumis ce film, en même temps que d’autres, à la Commission nationale de contrôle des films cinématographiques et des   enregistrements sonores, dite «Commission de censure», pour visa d’exploitation. Le 26 juin, la commission, présidée par la ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna, a rendu son verdict : censure. Aucune explication n’a été donnée à cette décision

              L’affaire Chebeya, un crime d’Etat ? (2012) est la chronique du procès qui a suivi l’assassinat, en juin 2010 de Floribert Chebeya, un activiste congolais des droits de l’homme qui dénonçait régulièrement les entraves aux libertés dans son pays.  la RDC. Au-delà d’un problème congolais, ce film appelle à une meilleure défense des activistes des droits de l’homme.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*