Affaire Chebeya : La VSV exige l’arrestation de John Numbi

0
18

Le rapport de l’autopsie effectuée sur la dépouille mortelle de Feu Floribert Chebeya Bahizire par une équipe des médecins légistes néerlandais, en date de vendredi 11 juin 2010 et remis au Procureur général de la République (P.G.R.), Flory Kabange Numbi, en date du jeudi 08 juillet 2010, par la délégation de l’équipe des médecins légistes, confirme la thèse de l’assassinat. Il montre que le directeur exécutif de la VSV a fait l’objet de torture, traitements cruels, inhumains et dégradants. Ces informations sont contenues dans un communiqué de presse de la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (V.S.V.), lu lors d’un point de presse tenu par Dolly Ibefo Mbunga, directeur exécutif intérimaire, entouré de la directrice exécutive adjointe, du coordonnateur et de ses principaux collaborateurs, le dimanche 11 juillet 2010, au siège de la VSV, dans la commune de Ngaliema.

La VSV indique que Floribert Chebeya a été tué par les éléments de la Police Nationale Congolaise impliquée dans cette affaire jusqu’au sommet. Partant, le gouvernement ne saurait être à la fois juge et partie. Elle réclame donc une enquête indépendante et internationale et s’inquiète du fait que le principal suspect est déjà remis en liberté à ce jour. Cela, pour elle, conforte les présomptions d’étouffement de la vérité, malgré le slogan « tolérance zéro ». Pour elle, si le gouvernement n’a rien à se reprocher, une enquête indépendante ne ferait que conforter son innocence, mais son refus laisse subsister des suspicions. Et puis, dans le traitement des affaires « Massacre des étudiants de Lubumbashi » ou de « assassinat de Lumumba », des commissions d’enquêtes étrangères sont arrivées au Congo. La VSV se demande pourquoi maintenant le gouvernement n’en veut plus ?  En outre, la VSV organise une messe de requiem pour F. Chebeya, à l’occasion du 40ème jour de son assassinat à l’Eglise du Sacré-Coeur à la Gombe, ce lundi 12 juillet à 16 heures.

      Voici le communiqué de la VSV dans son intégralité :

« A la veille du quarantième jour de l’assassinat de son Directeur Exécutif, la VSV saisit une fois de plus cette opportunité pour réitérer toute sa gratitude à la communauté tant nationale qu’internationale pour son soutien multiforme depuis le début de cette dure épreuve.

La VSV remercie tous les Etats, organisations nationales et internationales et autres partenaires qui ont contribué, de près ou de loin, à la réalisation de cette autopsie dont les résultats corroborent la thèse de l’assassinat. 

            En effet, le rapport de l’autopsie remis, jeudi 08 juillet 2010, par la délégation de l’équipe des médecins légistes au Procureur Général de la République (PGR), Monsieur Flory KABANGE NUMBI relève sans ambages que l’équipe d’experts a  trouvé sur le corps de M. Floribert CHEBEYA BAHIZIRE des indications de contrainte limitée par chocs, compression et/ou enserrement au niveau des bras et des jambes.

            Pour nous, défenseurs des droits humains, cet extrait du rapport est bien clair. Le Directeur Exécutif de la VSV a fait l’objet de torture, traitements cruels, inhumains et dégradants avant son décès. Il a été menotté et enchaîné par ses assassins qui se recruteraient principalement au sein de la Police Nationale Congolaise (PNC) impliquée dans cette affaire jusqu’au sommet.

            Aussi, le gouvernement congolais dont dépend, par le biais du ministère de l’intérieur et de la sécurité, la Police Nationale Congolaise, ne saurait être à la fois juge et partie dans cette affaire en ce qui concerne les enquêtes et le procès.

            La VSV est réconfortée dans ses craintes par le fait que le premier suspect en l’occurrence, Général John NUMBI BANZA TAMBO est en liberté à ce jour.

            De fortes présomptions d’étouffement de la vérité pèseraient sur le gouvernement en dépit du slogan « tolérance zéro ».

            Aussi, la VSV, continue-t-elle à en appeler aux pressions des uns et des autres sur les autorités RDCongolaises, toutes les institutions confondues, en faveur d’une enquête internationale indépendante et crédible en vue de faire la lumière sur cet ignoble assassinat et la disparition du chauffeur et membre de la VSV, monsieur Fidèle BAZANA EDADI. 

Tout compte fait, la VSV exige aux pouvoirs publics RDCongolais de /d’ :

– Procéder, en lieu et place d’une simple suspension à titre conservatoire du Général John NUMBI BANZA TAMBO, Inspecteur Divisionnaire en Chef de la PNC, premier suspect, à son arrestation immédiate et sa mise à la disposition de la justice militaire à l’instar des autres suspects, et ce, en vue de mettre fin au régime des intouchables en RDC.

– Accepter, s’ils n’ont rien à se reprocher, toute contribution ou assistance de la communauté internationale, devant aider à la matérialisation, telle que recommandée par les médecins légistes, d’une « enquête policière technique et tactique susceptible de fournir des informations supplémentaires sur différentes causes de mort non naturelle qui ne laissent pas ou pratiquement pas de traces spécifiques » ;

– Accélérer les recherches en vue d’éclairer les familles biologique et professionnelle, ainsi que l’opinion publique nationale et internationale sur le sort réservé à M. Fidèle BAZANA EDADI, compagnon d’infortune de M. Floribert CHEBEYA BAHIZIRE ;

– Mettre fin à l’instrumentalisation de la presse pour distiller les mensonges au lieu de la gestion objective de ce dossier ;

– Assurer la sécurité notamment des membres de familles de MM. Floribert CHEBEYA BAHIZIRE et Fidèle BAZANA EDADI, des animateurs de la VSV et autres personnes susceptibles de concourir à l’éclosion de la vérité dans l’ignoble assassinat du Directeur Exécutif de la VSV et la disparition de M. FidèIe BAZANA EDADI. 

Fait à Kinshasa, le 11 juillet 2010. 

LA VOIX des Sans Voix pour les droits de  L’HOMME (VSV)

LEAVE A REPLY

*