Affaire Bundu dia Mayala : Fabrice Puela fait l’avocat de Ne Muanda Nsemi

0
675
MWANDA-NSEMILe député national Fabrice Puela, dans une déclaration publiée hier mercredi 15 février 2017, sur son compte facebook, condamne avec force l’amateurisme dans le chef des forces de l’ordre au cours des raids menés vers les résidences de Ne Muanda Nsemi, député national et chef spirituel du mouvement politico-religieux « Bundu dia Mayala ». Selon lui, il n’était pas nécessaire de déployer tout un bataillon pour capturer un simple citoyen. Rappelant les violences qui touchent l’espace Kasai, avec l’affaire Kamwina Nsapu, l’élu de Boma plaide pour que sa province ne sombre pas dans le chaos.
D’après lui, la revendication de Bundu dia Mayala, relative à la considération de l’élite Kongo sur l’échiquier national et provincial, mérite d’être examinée avec attention, comme c’est le cas dans plusieurs provinces du pays.  Fabrice Puela estime que Ne Mwanda  Nsemi doit rester en liberté de la même manière que Gédeon Mutanda.  D’où, son appel aux  forces de l’ordre à plus de professionnalisme dans la gestion de cette affaire qui risque de dégénérer. Voici l’intégralité de sa réaction :
P.D.
RÉACTION DE L’HONORABLE PUELA AU SUJET DE LA TRAQUE ARMÉE CONTRE NE MWANDA NSEMI.
J’ai appris le droit à l’Université.
 ‘’Depuis 18 ans, j’exerce la profession d’Avocat en défendant également les droits de l’homme.
 En ma qualité de Député national, depuis dix ans, je participe à  l’élaboration des lois qui régissent les domaines les plus diversifiés de la vie nationale…
            Pour tout cela, et surtout pour d’autres considérations objectives, non parce que je suis mukongo, mais moi et tous les compatriotes épris de paix, de justice et d’élévation d’esprit, ne pouvons pas tolérer ce qui arrive.
            En effet, pour rien au monde, je n’accepterai que l’on exécute  l’honorable Ne Muanda Nsemi. Je le dis et le déclare en toute  responsabilité.
            Quelques torts qu’il ait commis, les lois existent dans cette  République. Encore qu’il faudrait démontrer:
 1. Qu’il était et est toujours en possession de toutes ses facultés;
2. Que l’opportunité de l’usage de la force à son égard est au rendez-vous.
 
             Autant je condamne avec ma dernière énergie et déplore les victimes innocentes du fait ou non des BDK, autant je n’accepte et n’accepterai  pas que ce compatriote soit exécuté. Car les conséquences seront  imprévisibles et plus dramatiques.
            Pourquoi cet amateurisme dans le chef de nos forces dites de l’ordre?
            L’honneur d’un individu, qui qu’il soit, vaut-il plus que les  innocentes vies qui sont fauchées ?
            Et dans ce cas, fallait-il un déploiement d’un bataillon pour mettre la main sur un simple Citoyen? Si le ridicule pouvait tuer!
             «Lorsque Georges Bush tue Saddam Hussein, il n’avait pas calculé l’après Hussein. L’Irak est aujourd’hui un bourbier.
             Lorsque Nicolas Sarkozy tue Mouhamar Kadhafi, il n’avait non plus  calculé l’après Kadhafi. La Libye est aujourd’hui un mouroir et les  Libyens regrettent Kadhafi.
             Lorsque le pouvoir de Kabila décide d’avoir la tête du chef coutumier  Kamuina Nsapu, il n’en a pas calculé les conséquences. Le Kasaï  central est devenu une boucherie où chaque jour on enregistre  inutilement des morts.
            Les décideurs de Kinshasa sont calmes dans leurs coins…l’esprit Kamuina Nsapu hante les provinces de l’Espace Kasaï’’
            Je refuse que cela arrive à ma province.
            Lorsque vous avez célébré vos noces avec lui au Palais de la nation au prix connu de vous seuls, qui était convié ?
            N’est-ce pas que l’épouse a même été éconduite en essuyant un grand revers de la part de siens?
 Pour avoir annoncé urbi et orbi, la période triennale de ce mariage, n’est-ce pas qu’il a été lapidé ?
            Au lieu d’en tenir compte, vous le prenez pour le dindon de la farce.
 Bande d’ingrats!
             Pour avoir revendiqué le respect des clauses du contrat de mariage par  vous conclu avec elle, vous sortez les biceps en écrasant les  innocents, totalement tiers à votre idylle.
            Les frappes promises, à travers l’extrait de la vidéo, largement partagé dans les réseaux sociaux, peut-être qu’elles ne sont que  spirituelles, devraient-elles pour cela,  mobiliser un arsenal  militaire acheté à la sueur du pauvre contribuable congolais, en créant la terreur et la panique au centre de la capitale?
            Depuis quand le BDM a été enregistré comme un mouvement insurrectionnel?
            Si non, pourquoi a-t-on déroulé le tapis rouge lorsque son Président a été reçu au Palais de la Nation?
            Au demeurant, la revendication de Bundu dia Mayala, relative à la  considération de l’élite Kongo sur l’échiquier national et provincial, mérite d’être examinée, comme c’est le cas dans plusieurs provinces.
            Toutefois, je condamne les dernières déclarations de Ne Mwanda Nsemi.
             Encore que dans cette République, il y avait quelqu’un qui avait  demandé qu’on arrête Joseph Kabila et qu’on le lui amène vif ou mort.
 Qu’a-t-on fait de cette personne?
             Et qu’a-t-on fait du célèbre anthropophage du Katanga, Gédéon Mutanda, qui a même endeuillé les éléments de la police lors de son évasion?
            En rapport avec l’opportunité, était-il temps de s’en prendre à Ne  Mwanda Nsemi au moment où la Nation est en deuil et que les yeux de toute la Nation sont braqués sur la Cenco pour l’application de  l’Accord de la St-Sylvestre?
             ‘’Vive la République des inconscients!» Réécrirait Modeste Mutinga !
 
 Albert Fabrice PUELA, en toute responsabilité.