Affaire BIAC : les vrais voleurs occupent des bureaux climatisés

1
127

BIAC-GOMBE-604x345Le scandale était trop grand pour passer inaperçu. Le gouverneur de la Banque Centrale du Congo l’a si bien compris qu’il a décidé  de réagir avec vigueur pour éviter que le feu qui couve à la BIAC n’embrase l’ensemble du secteur bancaire. Depuis le dernier week-end, on le sait, les responsables du gâchis ont été déférés devant les cours et tribunaux. On attend maintenant que la justice, si prompte à se saisir des malnutris, déclenche des enquêtes devant permettre de retrouver les fonds dilapidés et sanctionne les vrais coupables.

La vraie question est justement là. La justice, la vraie, sera-t-elle dite dans cette ténébreuse affaire, où des intérêts maffieux semblent côtoyer la boulimie des intouchables ? Il y a quelques années, on s’en souvient, l’Union Zaïroise des Banques, alors seconde banque du pays, a été liquidée dans des conditions ubuesques, cédant dans la foulée ses installations et ses différentes succursales à une nouvelle entité, la Banque Congolaise.

Née apparemment sous une bonne étoile et héritant d’un patrimoine immobilier énorme, la nouvelle banque a été très vite soumise à une cure d’amaigrissement sans que l’on détermine avec exactitude les véritables tireurs des ficelles. Le patrimoine immobilier de la banque s’est retrouvé sans transition aux mains des personnes extérieures à celle-ci à la faveur d’opérations menées dans la plus grande opacité et dont on ignorait le véritable donneur d’ordres. La valse qui venait ainsi de commencer a vite fait de toucher au fruit défendu. Quelques
personnalités de la ville haute et autres privilégiés de la « République de la Gombe » se sont mis ensemble pour mettre le trésor de la banque en coupe réglée. Des crédits mirobolants évalués en plusieurs centaines de milliers de dollars ont été accordés à chacun d’eux, sur base des dossiers vides et sur le dos des clients de la
banque.
Couverts par l’immunité que leur conféraient les fonctions publiques
occupées, ces individus ont passé leur temps à saigner la banque sans
jamais penser un jour à rembourser le moindre dollar. La situation a
perduré jusqu’au jour où les caisses ont sonné creux, plongeant la
vraie clientèle dans la colère et la perplexité.
Mais quand il s’est agi de rendre des comptes, une seule personne est
montée à l’échafaud, l’Administrateur-Gérant de la Banque. Aucun
bénéficiaire des crédits n’a été bousculé en dépit d’un travail
d’audit très documenté mené par un cabinet réputé. On ne dérange pas
les intouchables qui continuent à se la couler douce jusqu’à ce jour
au détriment des centaines de milliers de clients à qui on n’a rien
remboursé.
Comme on le voit, le cas de la Banque Internationale en Afrique au
Congo n’est pas
isolé. Bien d’autres ont laissé des traces indélébiles ad vitam
aeternam. Des milliers de nos compatriotes qui ont eu le malheur de
choisir la carrière de banquier se trouvent actuellement dans une
misère sans nom par la faute de certains hauts cadres. Ils se sont
retrouvés du jour au lendemain sur la pavé sans indemnités de sortie
ou de rente alors qu’ils ont rendu d’estimables services qui ont
pourtant enrichi d’autres souvent tapis dans des salons climatisés
d’où ils montaient des sales magouilles à leur propre profit. D’autres
se la coulent douce en exerçant des hautes fonctions politiques et à
la tête des entreprises commerciales paraétatiques ou privées. Sans
jamais être inquiétés le moins du monde alors que des preuves de leur
implication dans des manipulations à la base des faillites de ces
banques-là sont de notoriété publique. Ils se sont servis de leurs
positions privilégiées pour se construire des fortunes colossales
grâce auxquelles ils se sont bâtis des investissements immobiliers de
grande valeur dont ils se servent pour obtenir des crédits bancaires
colossaux.

Sanctions exemplaires pour décourager les prédateurs

La volonté affichée par la plainte à charge de M.M. Blattner,
Losembe et consorts visant à décourager d’autres prédateurs devrait
être étendue à d’autres qui sont reconnus coupables des actes
similaires, notamment tous ceux qui ont bénéficié des crédits
fantaisistes pour se construire des immenses portefeuilles financiers
sans être du tout inquiétés mais qui au contraire se la coulent douce
dans des bureaux climatisés, voyagent régulièrement vers des paradis
fiscaux pour y placer des fortunes amassées malhonnêtement et
contourner le fisc. C’est de cette seule manière que l’Etat, par le
canal de l’autorité monétaire,
particulièrement la Banque Centrale pourra sauver le secteur bancaire,
booster les investissements et protéger l’épargne des gagne-petit.
F.M.

1 COMMENT

Comments are closed.