Affaire Armand Tungulu : un juge belge donne 48h à Kinshasa

0
7

Les choses se précipitent à une allure incroyable. L’affaire du « suicide » de Armand Tungulu Mudiandambu prend des ampleurs inquiétantes. Il ne se passe pas un jour sans que l’on apprenne qu’une personnalité politique de grande envergure a effectué une visite de réconfort auprès de la veuve, que des membres d’une Ong ont marché dans les rues de Bruxelles ou de Paris pour exiger l’ouverture d’une enquête judiciaire neutre et indépendante sur ce décès, que la veuve a été reçue officiellement par l’ambassadeur d’une puissance très influente du vieux continent. Il ne reste plus que le Très Saint Père de bénir la veuve et les enfants ; a ironisé un chroniqueur ayant pignon sur rue à Kinshasa.     

La bombe du juge belge: Kinshasa sommé de restituer le corps 

            Avant-hier, c’est le Tribunal de première Instance de Bruxelles qui a rendu publique une ordonnance prise par le juge Vanwelkenhuysen mettant en demeure l’Etat congolais de restituer la dépouille mortelle de feu Armand TUNGULU Mudiandambu à sa famille résidant en Belgique. Cette décision a fait l’effet d’une bombe dans les chancelleries occidentales et les salons politiques de Bruxelles et de la capitale congolaise, et  fait suite à une « requête unilatérale » introduite par Me Jean-Claude Ndjakanyi, avocat bruxellois en sa qualité de conseil de Mme Tungulu née Nzomina Maloka et consorts.

            Cette décision du juge belge est assortie d’une astreinte pécuniaire de l’ordre de 25 mille Euros par jour de retard à charge de l’Etat congolais s’il ne restituait pas le corps du défunt à sa famille et cela à dater du jour de la signification par le biais du ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Une ordonnance exécutoire sur minute a été signifiée le même jour à l’Ambassade de la RDC à Bruxelles par les soins d’un huissier de Justice assermenté, indique-t-on dans une dépêche de l’Agence Belga.

            Me Jean-Claude Ndjankanyi, avocat conseil de la veuve et consorts, notamment des organisations de défense des droits de l’homme opérant en Belgique, déplorent le fait que depuis le jour où le défunt avait été placé en détention dans un amigo de la Garde Républicaine, il avait été dit qu’il serait transféré devant le parquet. Chose qui n’a jamais été réalisée. Mais par contre le samedi 2 octobre de cette année, les services du Parquet Général de la République ont annoncé le suicide de Armand Tungulu à l’aide d’un tissu dont il se servait comme oreiller dans un amigo de la Garde Républicaine. Toutes les démarches entreprises par les membres de sa famille pour récupérer son corps se sont restées infructueuses.

            Me Jean-Claude Ndjankanyi va plus loin dans son argumentaire en indiquant que « la rétention du cadavre de M. Tungulu Armand par l’Etat congolais est une ingérence manifeste dans la vie familiale et que l’obligation de restitution du corps dans les conditions préservant le respect dû au cadavre et la dignité des proches du défunt est manifestement violée par l’Etat congolais ». La balle se trouve donc dans le camp de l’Etat congolais ainsi sommé de restituer le corps de feu Armand Tungulu. Que va-t-il faire ? Par ailleurs, on apprend que Me Kilolo Musamba, vient d’introduire lui aussi une requête auprès du même Tribunal de Grand Instance de Bruxelles au nom de la veuve et des enfants Tungulu, en vue de réclamer le transfert de sa dépouille en Belgique.

 

LEAVE A REPLY

*