Adoption du projet de rapport national sur l’examen périodique universel de 2ème cycle

0
37

Ouverts le 21 janvier 2014,  les travaux de l’atelier de validation du projet de rapport national à l’examen périodique universel de deuxième cycle en matière des droits de l’homme se sont clôturés le 22  janvier au centre Béthanie, dans la commune de la Gombe. Organisé par le ministère de la Justice et des Droits humains, en collaboration avec le Bureau conjoint des nations unies aux droits de l’homme ainsi que certaines organisations non gouvernement de défense des droits de l’homme, cet atelier poursuit un seul objectif.

C’est celui de  soumettre le projet de rapport national à l’appréciation des parties prenantes pour la validation, en intégrant les observations. Il convient de rappeler que ce projet comportait six chapitres constituant l’ensemble des points soumis à la validation pour recevoir de la part des parties prenantes des renseignements nécessaires à la finalisation du rapport national. Après discussion en groupe, les observations  ont été retenues au plan de la promotion et protection des droits de l’homme sur terrain ainsi que du respect des obligations nationales. Parmi les modifications apportées, l’on peut noter  celle de la création de douze autres tribunaux pour enfants à travers la RDC. Cependant, avec un contenu de 18 pages, les délégués venus des institutions publiques, des ongs de défense des droits de l’homme ainsi que des agences des nations unies, ce rapport note  une évolution positive de la situation des droits des l’homme en RDC ainsi que le respect des recommandations faites par le conseil des Nations Unies sur les  droits de  en 2009.

         Se réjouissant de l’appropriation de ce projet de rapport par le BCNUDH a estimé qu’il ne reste que l’ouverture du gouvernement lors de la présentation de ce rapport en avril 2014 au moment où les autres pays feront des commentaires et recommandations.

         Dans le même ordre d’idées, le ministère de la Justice et des Droits Humains s’est dit aussi satisfait, après environ sept mois de travail, par le fait que la RDC dispose d’un rapport élaboré conformément aux directives du Conseil des droits de l’homme et sera déposé dans le délai. Ceci permettra la poursuite d’un dialogue constructif amorcé avec le conseil des droits de l’homme depuis l’institution de l’examen périodique. Cela étant, chaque participant est tenu de capitaliser l’expérience tirée de sa participation au processus de ce rapport national dont la validation a justifié la tenue de cet atelier, a conclu le ministère de la Justice.

 

 Yves Kadima

LEAVE A REPLY

*