ADF-Nalu : la Monusco préconise la décapitation !

0
92

Coupables de nombreux crimes odieux à l’endroit des populations congolaises du Nord-Kivu depuis plusieurs années, les rebelles ougandais d’AlliedDemocratic Forces (ADF ou ADF-Nalu) ont marqué les esprits cette semaine dans le massacre de 16 nouvelles personnes innocentes en 3 jours ! A titre exemplatif, ils viennent d’opérer une tuerie sur 8 Congolais dans la nuit de lundi à mardi 7 octobre 2014 en localités de MAY-MOYA, KISIKI et MAIBO, dans le Groupement de BAMBUBA-KISIKI, en Secteur de BENI- MBAU, au nord du Territoire de Beni, sur l’axe OICHA-ERINGETI, au Nord-Kivu. Aussi, faute de logistique, leurs éléments résiduels ont perpétré des pillages dans les villages Haili et Mukoko, situés respectivement à 40 Km au Nord-ouest de Beni et à 3 Km au Nord d’Oicha.

            Interrogé sur les contours de cette tactique terroriste menée par l’ADF-Nalu, le porte-parole militaire de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, a affirmé, hier mercredi 8 octobre 2014 au cours de la conférence de presse de la Mission, que ces rebelles de l’ADF sont sérieusement affaiblis par la conduite de l’opération « Sukola 1 », menée par les FARDC avec le soutien de la Force de la Monusco. Comme résultat, les FARDC ont, entre autres, bouclé et ratissé les terrains, provoquant des redditions dont celle d’AgabhaBarikigamba Ismail, l’un des commandants de cette force négative, actif sur l’axe Nobili-Kizanzaba.

            La tactique des forces loyalistes a été payante, selon le casque bleu onusien, car tous les gros bastions de l’ADF ont été conquis. Cependant, tant que la tête n’est pas décapitée, il faut maintenir la vigilance car les sources de financement sont toujours là, a-t-il conclu.

La Société civile pas rassurée

            A en croire Omar Kavota, vice-président de la Société civile du Nord-Kivu,  outre les tueries, les rebelles ougandais se seraient livrés également à un pillage de porte à porte. Pour l’instant, a-t-il indiqué dans un communiqué de presse, les populations de MAY-MOYA, KISIKI et MAIBO viennent de vider leurs villages en direction d’OICHA (chef-lieu du Territoire de BENI) au sud et d’ERINGETI au nord. Ce qui risque à nouveau de créer un drame humanitaire, a-t-il alerté, avant d’inviter le gouvernement congolais et la MONUSCO à agir. « L’heure est grave, très grave même. Les ADF-NALU défient à toute flagrance l’autorité de l’Etat et narguent les FARDC en sabotant les localités dites libérées par l’armée régulière » a-t-il clamé.

            Pour rappel, l’opération «Sokola», visant le désarmement des rebelles ougandais des ADF actifs dans le territoire de Beni, est désormais sous le commandement du général de brigade MuhindoAkiliMundosi, désigné par le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, le 13 septembre 2014.

            Les ADF sont un groupe armé ougandais regroupant des mouvements d’opposition au président Yoweri Museveni fondé en 1995. Essentiellement composé d’islamistes du mouvement tabligh, l’ADF-Nalu est dirigé depuis 2007 par Jamil Mukulu, un chrétien converti à l’islam. Ils réunissent plusieurs mouvements d’opposition au président Yoweri Museveni dont l’AlliedDemocraticMovement, la National Army of Liberation of Uganda et l’Uganda MuslimLiberationArmy ainsi que d’anciens soldats des Forces armées zaïroises et rwandaises en 1996. Implanté dans la chaîne Rwenzori, le mouvement élève son effectif en un an d’existence de 500 à 1 500 combattants et étend son activité dans le sud-ouest du pays.

TshiekeBukasa

LEAVE A REPLY

*