Accord de la Cité de L’UA : Willy Mishiki en désaccord avec sa base de Kingabwa

1
427

Signataire de l’Accord politique de la Cité de l’Union Africaine, Willy Mishiki, coordonnateur de l’opposition qui se dit proche du rassemblement, a fait sa restitution à sa base de Kingabwa réunie au sein de la « Dynamique Bana Mont Amba » hier mercredi 23 novembre 2016, au Dancing club « Itokia » à Kingabwa, dans la commune de Limete.

Se présentant comme émissaire du Rassemblement avec comme président du conseil des sages Etienne Tshisekedi, il a soutenu qu’auparavant, le Rassemblement avait levé l’option de ne pas participer au dialogue, afin de ne pas cautionner la modification de la Constitution.

Mais, après avoir constaté que les résolutions adoptées étaient pour la plupart conformes aux recommandations de Genval en Belgique, soutient-il, notamment en ce qui concerne le respect strict de la Constitution, la promesse faite par la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI) de mettre à la disposition de la communauté
nationale et internationale un fichier électoral actualisé  au plus tard le 31 juillet 2017, l’enregistrement des candidatures aux échéances électorales en octobre 2017 ainsi que l’organisation des élections présidentielle et législatives nationales en avril 2018, il
s’était engagé à signer cet accord qui est resté ouvert aux absents a dialogue.
Selon lui, la République démocratique du Congo ne veut plus voir
couler le sang de ses filles et fils, surtout celui de sa jeunesse. Il
est temps pour les Congolais, a-t-il martelé, de prendre conscience de
leur destinée en renonçant au cycle des violences.
Il a relevé également que Samy Badibanga a été désigné Premier
ministre pour conduire le peuple congolais aux élections, lesquelles
devraient permettre au président Joseph Kabila de faire une remise et
reprise avec son successeur, tel qu’exigé par la Constitution.
Voilà la goutte d’eau qui a poussé la base venue à son soutien, de
sortir de sa réserve. Celle-ci n’a pas hésité à rappeler à l’orateur
qu’en acceptant de siéger à l’Assemblée nationale comme député
national, Samy Badibanga s’était auto-exclu de l’UDPS. D’où, il ne
pouvait être mandaté par Etienne Tshisekedi comme représentant de son
parti dans le futur gouvernement.
Pour ce qui est du respect de la Constitution tel que soutenu par les
signataires de l’Accord politique de la Cité de l’Union Africaine, la
base de Willy Mishiki a estimé que ce respect devrait passer par le
départ de l’actuel président du pouvoir le 19 décembre 2016,
conformément aux prescrits de cette loi fondamentale. Selon la même
base, il n’y a pas lieu de craindre un vide institutionnel, car il y a
des personnalités évoluant en dehors des institutions capables
d’assurer la continuité des affaires de l’Etat.
Willy Mishiky a promis de porter le feedback de Kingabwa à qui droit.

Yves Kadima

1 COMMENT

Comments are closed.