Accès à la justice aux vulnérables : ASF sollicite un plus grand appui des médias

0
82

Dans le but de rappeler aux médias leur apport dans la promotion des droits humains et l’aide au développement, dans le cadre de la lutte menée par « Avocats Sans Frontière/Belgique » en RDC pour contribuer au développement de l’Etat de droit dans ses pays d’intervention (notamment la RDC), les responsables de cette ONG internationale ont organisé un briefing de presse hier mercredi 16 septembre 2015 à leur siège, dans la commune de Gombe. Après avoir exhorté la presse à entretenir un cadre permanent d’échange d’informations pour l’accès de la population à la justice, et une présentation succincte de cette structure internationale, Josselin Léon, chef de mission ASF-Belgique en RDC, et Gilles Van Moorte, responsable de la communication, ont exposé les différentes actions menées par ASF depuis son implantation en RDC en 2002. Ils ont parlé également de ses objectifs, ainsi que de ses axes d’intervention visant notamment à garantir l’accès systématique à la justice pour les personnes en détention préventive, à lutter contre l’impunité des crimes internationaux, à protéger des défenseurs des droits humains et à renforcer la justice à l’Est, à travers le programme d’appui Uhaki Safi.

         En effet, en tant qu’Ong experte dans la mise en œuvre des programmes d’aide légale en faveur des vulnérables, ASF revendique plus de 20 ans d’expérience dans des Etats fragiles et/ou en transition. Fichée comme un des pays où l’accès à la justice demeure insuffisante pour les justiciables, et où les violations aux droits fondamentaux persistent, la RDC est comptée parmi les 13 pays bénéficiaires des activités d’ASF. Ce dernier a pour objectif en RDC, de consolider l’Etat de droit en luttant contre l’impunité ordinaire et de guerre, avec l’objectif spécifique de rapprocher la justice des justiciables, en particulier en milieu rural.

Dans son exposé, Josselin Léon a expliqué que grâce à l’appui donné aux Bureaux de Consultations Gratuites (BCG) des Barreaux, les avocats fournissent des conseils juridiques gratuits pour tous et une assistance judiciaire aux indigents. C’est dans ce sens, a-t-il indiqué, qu’ASF travaille aux côtés des juridictions civiles et militaires pour organiser des audiences foraines dans des zones très éloignées des tribunaux et ce, en vue de traiter leurs litiges en souffrance.

Il a rappelé que les justiciables sont en particulier les femmes, les mineures délinquantes, les victimes et prévenus des crimes graves et les détenus considérés comme particulièrement vulnérables.

Dans le cadre du programme d’appui au renforcement de la justice, le chef de mission ASF-Belgique en RDC a précisé qu’une attention particulière est accordée au renforcement des capacités techniques des avocats, défenseurs judiciaires et organisationnels des barreaux et des organisations de la société civile, pour leur permettre d’être les acteurs de changement de demain.

Contrairement aux années passées, où les activités d’ASF étaient centrées uniquement sur la fourniture des services d’aide légale directs aux personnes en situation de vulnérabilité, les choses ont beaucoup évolué.

Il sied de noter qu’ASF travaille en partenariat avec les Barreaux (national et provinciaux), le CCM, le ministère de la Justice, les avocats, les organisations de la société civile, etc., et intervient au Kongo Central, à Kinshasa, au Sud-Kivu, au Nord-Kivu, en Province Orientale, au Maniema et, bientôt, au Katanga.

Fondé en 1992 à Bruxelles, où se trouve son siège, son budget annuel se chiffre à 7.416.564 euros (2014), financé à 95% par des bailleurs internationaux (UE avec 80%, Coopérations belge et britannique, etc.).

Gilles Van Moorte a tenu à signaler qu’ASF n’est aucunement lié à ASF-RDC et qu’il s’agit de deux structures distinctes, qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Il a rappelé que l’aide offerte par leur organisation est gratuite et inconditionnelle, une fois que le dossier du demandeur est jugé éligible.

Myriam Iragi