Académie des Beaux-Arts : la police agresse des scientifiques

0
25

Des choses que l’on n’a plus vues depuis la deuxième république. Mardi 25 juin, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 4ème édition de l’expo-Esu, les cadres scientifiques (Chefs des travaux, Assistants et Chargés de pratique professionnelle) des universités et instituts supérieurs de Kinshasa, qui manifestaient pacifiquement dans l’enceinte de l’Académie des Beaux Arts pour dénoncer les écarts de salaires entre eux et les Professeurs, ont été molestés par des policiers commis à l’encadrement de leur manifestation.

            Plusieurs d’entre eux ont été battus et l’un d’eux a été embarqué dans une jeep de la Police pour le camp Lufungula d’où il a été libéré dans la soirée. D’autres n’ont eu la vie sauve que grâce à l’intervention énergique d’autres chefs de travaux et assistants qui ont refusé de les laisser embarquer.

Leurs banderoles et calicots ont été confisqués sans ménagement par des policiers apparemment inconscients de leurs actes. Auparavant, c’est le colonel Kaniama qui était venu leur demander de vider les lieux. Devant le refus énergique des cadres scientifiques, qui disaient n’enfreindre aucune loi, ni n’insulter aucune autorité, avec pour seule arme leurs sifflets et banderoles, d’autres éléments de la police se sont ajoutés à ceux qui étaient déjà sur place pour perpétrer des actes de violence contre eux.

            Le personnel scientifique rejette toute la responsabilité de ces actes de violence sur leur ministre de tutelle, Bonaventure Tchelo qui, la veille de l’Expo, avait reçu nuitamment des représentants du Collectif et les avait menacés de représailles au cas où ils maintiendraient leur mouvement à l’ABA.

            Pourtant, les scientifiques avaient écrit au gouverneur de la ville pour l’informer de l’action qu’ils allaient mener dans un endroit clos. On rappelle que le Collectif des Syndicats et Association des Enseignants du Corps scientifique a lancé un mot d’ordre de grève qui expire ce samedi 29 juin.

            Les cadres scientifiques réclament depuis plusieurs mois la réduction de la tension salariale entre les personnels académique (professeurs) et scientifique. Les ascientifiques avaient organisé une marche le 10 avril jusqu’à la Primature, pour dénoncer cette situation. Le gouvernement ne semble pas disposé à remplir ses engagements.

            A.V. 

LEAVE A REPLY

*