Aborder le phénomène Kuluna à partir de ses racines, c’est possible…

0
59

L’étude réalisée par Promundo-US et Living Peace Institute (LPI) en ville de Kinshasa avait révélé que le Kuluna, c’est un phénomène social lié à l’identité masculine, les jeunes hommes utilisent leur masculinité d’une manière dominante/l’obsession du pouvoir en tant
qu’homme selon les attentes et constructions sociales, l’environnement kinois amplifient ce phénomène et les programmes et politiques existants ne soutiennent pas l’arrêt de l’adhésion des jeunes vers les groupes des gangs.

Le phénomène Kuluna a atteint une ampleur inquiétante, au point où il a été une priorité sécuritaire à Kinshasa au niveau du gouvernement en 2012 et des gros moyens ont été  déployés pour essayer de le
combattre.
L’ambassade de Suède a financé un projet développé par Promundo et
LPI en guise de prévention et réponse à ce phénomène. Ce projet est
exécuté sur le terrain dans les centres de jeunes et dans les écoles
avec l’appui de REEJER, CONEPT et AED en phase pilote dans trois
communes à savoir Kintambo, Makala et Bumbu.
Depuis 8 juillet 2017, les activités du projet sous forme des « Club
des jeunes », ont commencé. Les jeunes font des échanges critiques sur
les questions de violences, genre et estime de soi selon une approche
transformatrice du genre de Promundo et LPI. Au bout de 2 phases, 959
jeunes ont suivi les formations dans les clubs et en phase 3, 1404
jeunes sont en formation et vont célébrer leurs changements et
victoire contre ce phénomène.
Sans armes et avec les efforts au niveau individuel, familial et
politique, des succès énormes sont en train d’être enregistrés. Un
jeune de 15 ans ayant participé à la phase 1 a dit: «j’ai été surnommé
Mabe zéro, ou le mal commence par moi, c’est moi qui fus initiateur
des tous les mouvements des bagarres, si je dis blessons, on blesse
… Une fois j’ai été arrêté et mis au cachot pour ces actes. J’ai
beaucoup souffert et mes parents ont beaucoup dépensé pour obtenir ma
libération … Depuis que j’ai intégré le club des jeunes contre la
violence, à travers la session «gestion des émotions» j’ai appris
comment se maitriser et gérer mes émotions, je me sens très bien …
Je suis devenu un nouvel enfant dans le quartier et un modèle pour les
autres jeunes qui restent encore dans les groupes des gangs à
Kinshasa… »
Le coordonnateur du projet, Dieudonné Kambale, soutient dans ses
propos que, « Grâce à ce projet, nous allons développer une nouvelle
génération de jeunes qui ont confiance en eux, qui développent de bons
rêves et qui ne cèdent pas aux attentes de la culture et les coutumes
qui apprennent la violence». «Ces jeunes transformés au bout de 14
séances, seront des hommes responsables et acteurs de paix»
conclut-il.
Ce samedi 25 aout 2018, CONEPT et AED vont clôturer la 3ème phase
pendant laquelle 1404 jeunes venant de 72 clubs vont célébrer leur
transformation en tant que « jeune de changement ».
Rappelons que projet « Club des jeunes contre la violence (CJCV) »
est un projet pilote de quatre ans à caractère préventif, visant à
empêcher les jeunes hommes et garçons âgés de 1 0 à 19 ans de
rejoindre les groupes violents ou des gangs dans les communes de
Bumbu, Makala et Kintambo. Mobilisons-nous pour soutenir ces acquis.
La lutte contre la violence urbaine, c’est notre rôle.
Pour plus d’informations sur notre projet, ou l’organisation des
interviews avec nos experts, n’hésitez pas à contacter notre Chargé de
communication.

Joseph Degaul MUKENDI par e-mail: j.degaul@prorpundoglobal.org Ou soit
par téléphone aux +243812415433