A propos de «Pillage : les Notables de l’Equateur interpellent le gouverneur intérimaire», l’autorité provinciale de l’Equateur parle de fausse alerte

0
43

A Monsieur le Directeur de publication

 du Journal Le Phare.

   A Kinshasa/Gombe

 

Objet: Droit de réponse.

Nous avons lu avec attention l’article intitulé: «Pillage d’immeubles, terrains, embarcations, véhicules, des notables de l’Equateur interpellent le Gouverneur Intérimaire». Publié à la page 4 du Phare, numéro 5174 du lundi 5 octobre 2015.

 Il s’agit en fait, d’une lettre ouverte adressée à son Excellence Monsieur le Gouverneur Intérimaire de l’Ex-province de l’Equateur, signée semble-t-il par  des “ notables” de l’Equateur.

 Au regard du contenu de l’article, force est de relever le constat suivant : l’article contient des contre-vérités, des mensonges grossiers, de la haine tribale, une prise de position politique.

 Bref, l’article contient tout, sauf une lettre ouverte adressée à une autorité, censée du reste être basée sur des faits vrais et vérifiables.

  1. Un article plein des contre-vérités : au premier paragraphe de la lettre ouverte, les signataires citent à titre d’exemple des immeubles “spoliés” l’immeuble sis avenue du Congo, ancien Tribunal de la ville qui serait soit vendu ou soit loué par des commerçants expatriés.

Il s’agit là d’une contre-vérité dénuée de tout fondement. Les signataires de la déclaration savent pertinemment bien que c’est la Mairie de Mbandaka qui a négocié avec un groupe des commerçants indo-pakistanais qui devaient réhabiliter l’immeuble, pour le faire louer afin que la ville perçoive les taxes pour financer ses projets.

L’Accord qui lie les deux parties existe, les signataires de la lettre ouverte le savent bien. Où est la place du Gouverneur dans le fonctionnement de la Mairie de la ville?

  1. Des mensonges grossiers : des terrains et des espaces verts “spoliés”: là aussi, c’est un mensonge grossier cousu de fil blanc. Les fameux “notables” prennent comme exemple le terrain de l’éducation avoisinant les 6 maisons. La réalité de ce terrain est connue par eux. Ce terrain a été morcelé plusieurs mois avant l’élection du Gouverneur et Vice- Gouverneur de l’Equateur, mieux avant l’élection de l’actuel Gouverneur Intérimaire comme Vice-Gouverneur. Alors que les signataires sont restés muets pour ce cas, le Gouverneur intérimaire de l’Equateur avait institué en son temps une commission interministérielle pour le recensement des terrains de l’Etat en vue de récupérer ceux qui ont été vendus illégalement. Ils parlent également des beaches et ports tout au long du fleuve qui seraient transformés en Ports privés. Il est certes vrai que les signataires n’ont  pas osé citer ports- beaches et leurs potentiels  acheteurs. La réalité est que ces ports et beaches de l’Etat (EX-ONATRA) ou appartenant aux privés (BANKITA, MAKILA,…) existent avant même l’avènement de l’actuel Gouverneur intérimaire. Les auteurs le savent mieux que quiconque. Dire autrement, c’est un mensonge grossier de la part de nos “notables”.
  2. Haine tribale : La structure légale, officielle, et représentative de l’Equateur dénommée “Notabilité de l’Equateur” a comme Président : Monsieur Constant MOGBEMA. Il remplace à ce poste feu Papa Agri décédé il y a quelques mois. Parmi les treize signataires, aucun ne fait partie de la structure officielle de la “Notabilité de l’Equateur”. Par contre, ils sont tous d’une même contrée, se revendiquant “vrais originaires de Mbandaka”. Les autres à leurs yeux sont des étrangers, à l’instar du Président Constant MOGBEMA, originaire de Lisala, considéré comme étranger par ce groupe.
  3. Une déclaration politique : l’article ressemble bien à une déclaration politique qu’ à une lettre ouverte. Le document est signé le 7 septembre 2015. C’est un mois après qu’il est publié dans les journaux. Les auteurs savent bien que le jour du dépôt de leur document, ils avaient reçu des explications appropriées de la part du Conseiller du Gouverneur en charge des Associations, bien que ce dernier leur avait dénié la qualité d’engager l’association. Il leur avait donné toutes les explications appropriées, et ils étaient sortis édifiés et ont juré de ne plus en parler. Curieusement, un mois après, ils reviennent à la charge. La réalité est qu’il s’agit d’une haine inouïe de leur part. Certains d’entre eux  ont été nommés Conseillers par le Gouverneur intérimaire à l’instar de Marie Bosilia, Valentin Bombile, Directeur d’une radio privée à Mbandaka et accrédité au Gouvernorat. Ils regrettent d’avoir perdu leurs postes car étant membres du G7 à l’Equateur.  D’autres sont dans les petits métiers, ne maîtrisent rien du dossier, à l’instar  de Claude Nkanga, tenancier d’un bar à Mbandaka et Philippe Bosembe, président des vendeurs des poissons au marché de Mbandaka II, Marie Bosilia, hôtesse au Cabinet du ministre provincial de l’intérieur démissionnaire. Tous  sont membres des partis G7 à Mbandaka, chacun à un degré de niveau différent.

 

Au regard de la qualité des signataires de la déclaration : tenancier d’un bar, journaliste accrédité au Gouvernorat, Présidents fédéraux des partis membres du G7, anciens conseillers du Gouverneur, président de l’association des vendeurs des poissons, hôtesse au Cabinet du ministre provincial, tout laisse croire qu‘il s’agit d’une machination orchestrée par ceux qui ne veulent pas que l’Equateur soit derrière les autorités nationales. Il s’agit donc d’une pure distraction car le G7 n’a pas sa place à l’Equateur et les signataires le savent pertinemment bien.

Le plus important pour l’Equateur est que les élèves étudient dans de bonnes conditions, d’où la remise des bancs par le Gouverneur intérimaire à plusieurs écoles, notamment l’Institut Technique Maman Olive KABILA. L’asphaltage des routes de la ville à l’instar de l’avenue Yasayama, la remise des générateurs 500 KVA pour l’éclairage des communes de Mbandaka et Wangata et la réception bientôt des engins pour l’agriculture, des matériels achetés en Chine qui sont déjà à Kinshasa destinés pour la relance de l’Agriculture à l’Equateur, une première dans cette grande province éclatée en 5 nouvelles provinces; C’est ce qui intéresse la population, et non la machination politique, la haine, le tribalisme et les contre-vérités.

 

Service de Communication du Gouverneur Intérimaire de l’Equateur.

Fronde manquée à l’UDPS