A propos de «La milice de Kyungu : trop, c’est trop !» : la Junafec répond au Phare

0
118

A Mr. L’Editeur Responsable du Journal Le Phare, Polydor F. Muboyayi Mubanga

2ème niveau Building du 29 juin, Av. Colonel Lukusa n°3392

Kinshasa/Gombe

Concerne : Protestation

 Monsieur l’Editeur Responsable,

Nous avons le regret de vous adresser cette note constituant notre protestation contre votre article intitulé «La milice de Kyungu : trop, c’est trop !» publié dans la parution portant n° 4807 du mardi 22 avril 2014 et nous vous demandons de bien vouloir publier un autre article pour rectifier toutes ces inepties que vous avez étalées.

Cet article plein d’affirmations gratuites qui n’honore ni le journal Le phare ni son Editeur Responsable, n’apporte aucun argument qui démontre clairement que la JUNAFEC s’est affrontée aux éléments des FARDC qu’elle dispose de sa propre «administration », de sa « police », de ses «services de sécurité », de ses amigos pour la garde des personnes arrêtées et qu’elle opère des détentions prolongées d’innocents.

Pouvons-nous vous informer que la JUNAFEC est une jeunesse d’intellectuels et qu’elle dispose en ‘son sein des jeunes avocats, médecins, enseignants, ingénieurs, employés des sociétés et étudiants d’universités. Il ne faut pas confondre la JUNAFEC à ces individus semblables aux parlementaires débout d’un certain parti bien connu dans la capitale Kinshasa. Cette bande des tueurs qui harcellent tous ceux des leaders politiques qui formulent des logiques opposées à la logique divine du Lider Maximo, ceux-ci n’ont jamais reçu une seule moindre critique de votre journal tendancieux. Ce groupe de parlementaires débout ne serait-il pas cette nébuleuse à l’origine du phénomène Kuluna jadis inexistant et qui, actuellement sévit dramatiquement dans les 24 communes-de Kinshasa?

 Votre haine viscérale contre le leader du Katanga vous a conduit jusqu’à traiter d’inciviques, sans raison aucune, les membres de l’UNAFEC et pourtant vous êtes incapable d’apporter la moindre preuve des prétendues atteintes à la sécurité intérieure dont ce seraient rendus coupables les membres de ce parti.

Au sujet des événements de Likasi, la JUNAFEC n’a jamais porté la main sur un soldat des FARDC. Si une personne vole quelque part la réaction naturelle de la population serait de la neutraliser avant de ramener à la police. C’est aussi cela l’assistance à personne en danger. Nous savons aussi que c’est au niveau de cette pouce que l’identification de Incriminé est dévoilée. A l’instant où le voleur est arrêté, il est impossible de savoir s’il fait partie de l’armée, de la police ou d’une telle autre catégorie des gens. A moins qu’il ne porte un signe distinctif, tel une uniforme. Car, seul l’interrogatoire de la police peut démêler l’écheveau. Il vous appartient donc de démontrer que les impliqués dans l’arrestation du voleur appartiennent bien’ à la JUNAFEC.

S’agissant des manifestations en faveur ou contre les acteurs politiques. il y a lieu de noter que lorsque celles-ci sont autorisées, la JUNAFEC les organise régulièrement tant pour soutenir le Président de la République, les FARDC ou le Gouvernement mais aussi pour désapprouver des actes contraires aux intérêts de la base. Ce droit d’organiser les manifestations est inscrit dans la Constitution de la République dont vous êtes sensé avoir un exemplaire.

Quant au cas précis du 3ème Vice-Président de l’UNAFEC en charge des questions juridiques, Maitre Edouard Kabukapua Bitangila, dont vous faites mention dans votre article, il sied de relever que celui-ci n’a jamais été ministre durant le règne de 1+4. Ceci prouve à suffisance le manque de professionnalisme de votre journal dans le traitement des informations qu’il livre au public. En plus, il n’a jamais été physiquement brutalisé par la JUNAFEC. Par contre, ce dernier avait bel et bien échappé à la mort dans son Kananga natal aux dernières élections législatives de 2011 sous l’étiquette de l’UNAFEC et ce devant la barbarie et la furie des militants de l’UDPS. Alors. Monsieur l’Editeur Responsable du Phare, vous le fervent défenseur de la morale politique, vous aviez scandaleusement gardé silence .Peut-on considérer cette attaque comme un fait anodin pour qu’elle n’attira point votre très précieuse attention.

Dans votre ‘envie de nuire, vous vous permettez de porter des accusations gravissimes évidemment non appuyées des preuves contre l’UNAFEC qui pratique selon vous une « criminalité institutionnalisée en son sein». Pouvez-vous noter une fois pour toutes que la JUNAFEC est une Ligue bien structurée des jeunes militants dont ses membres arborent fièrement les couleurs de leur parti. Cette Ligue n’est pas à confondre avec toute la jeunesse Katangaise.

Que dire des événements malheureux qui s’étaient déroulés à l’Assemblée Provinciale du Katanga! Cette situation mérite qu’elle vous soit contée. En fait, ce qu’il faut retenir ce que les Katangais en général s’intéressent aux débats des plénières de leur Assemblée, surtout lorsque celles-ci débattent des questions liées à la gestion de leur Exécutif provincial. C’est bien dans ces circonstances, que les échauffourées avaient éclatées.

 Allez-vous, en prenant des raccourcis fantaisistes, mettre sur le dos de la JUNAFEC ces regrettables événements tout, simplement parce que les plénières sont présidées par le Président National de l’UNAFEC. L’Honorable Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA? Voilà ce qui s’appelle agir de mauvaise foi. Heureusement que la RDC n’est ni habitée ni gouvernée par la majorité des personnages loufoques de votre acabit

Quelle idée saugrenue de croire que le leader de l’UNAFEC soit lui-même « l’incitateur de ses sympathisants à créer des incidents pour faire peur à ses adversaires politiques ainsi qu’aux malheureux cadres de la territoriale, de l’armée et de la police, incapables de lever le petit doigt face à lui »! Monsieur, l’Editeur très responsable du « Phare éteint », nous aimerions vous poser deux questions:

– savez-vous que l’Honorable Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-Mwanza a dernièrement reçu des félicitations publiques et solennelles de la part du Gouvernement central pour sa contribution significative dans l’oeuvre de pacification de la province du Katanga?

-connaissez-vous réellement Antoine-Gabriel KYUNGU-wa-ku-MWANZA ?

Parfaite considération.

Pour la Ligue des jeunes de l’UNAFEC en sigle JUNAFEC

John Banza Lunda

Président National

LEAVE A REPLY

*