A propos de «Contentieux Bivac-Webb Fontaine : l’ARMD fragilisée par le Cabinet de l’Economie» : le Dircab de l’Economie répond

0
110

Transmis copie pour information à

–        Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Economie et Commerce

A Kinshasa-Gombe

 

–        A Monsieur l’Editeur-Directeur Général du Quotidien « Le Phare »

2ème niveau Building du 29 juin

Avenue Colonel Lukusa n°3392

A Kinshasa/Gombe

 

Objet : Droit de réponse

 

Monsieur l’Editeur-Directeur Général,

 

Dans votre livraison no 4682 d’hier jeudi 17 octobre 2013, nous avons été surpris de lire à la page 9 de votre Journal l’article intitulé « Contentieux BIVAC-WEBB Fontaine : I’ARMP fragilisée par le cabinet de l’Economie ».

 

Conformément à la Loi du 02 juillet ‘1996 relatif au fonctionnement de la Presse en République Démocratique du Congo, nous constatons avec regret que les informations publiées sont totalement erronées.

 

Aussi, nous est-il donné de vous soumettre notre droit de réponse pour publication et vous prions de le placer au même endroit et à la même page de votre toute prochaine édition.

 

S’agissant de l’élaboration du cahier des charges, nous vous informons que la Loi n’10/010 du27 avril2010 relative aux marchés publics a bien fixé les règles. La gestion des projets et la passation des marchés publics sont assurées par l’autorité contractante qui dispose en son sein d’une cellule de gestion des marchés publics et de délégations de service public.

 

Le contrôle a priori du marché est assuré par la Direction Générale de Contrôle de Passation des Marchés et porte sur le respect par les autorités contractantes des procédures de passation des marchés et de délégation de service public. Ce contrôle s’effectue à travers notamment les avis de non objection.

 

A ce sujet, nous vous informons que la Demande de Propositions ainsi que toutes les autres étapes de la procédure réalisées jusque-là par la cellule de gestion des marchés publics qui comprend en son sein une commission de passation de marchés sont ponctués de la non objection de la DGCMP.

 

Pour votre information, le Ministère de l’Economie et Commerce a bénéficié, pour la passation du marché du guichet unique intégral, de l’apport de la cellule de gestion des projets et des marchés publics du Ministère du Budget conformément à la Circulaire n°0441/CAB/MIN/BUDGET/2011 du 12 février 2011 portant dispositions transitoires pour l’installation des cellules de gestion des projets et des marchés publics.

 

Vous constaterez que dans cette procédure, la société BIVAC n’est nullement impliquée. S’agissant de son rôle dans le comité de pilotage, vous devrez vous rendre compte que ce dernier avait essentiellement pour rôle de faire l’état des lieux du guichet unique existant et non d’élaborer un cahier des charges comme vous I’insinuiez.

 

Cette réponse avait été donnée en son temps à l’un des soumissionnaires qui l’avait relevé et celui-ci avait pris acte des éclaircissements lui fournis.

 

S’agissant du contrat, vous vous étonnez qu’il a été signé le 05 octobre 2013 par le Cabinet de l’Economie pendant que le Chef du Gouvernement se trouvait aux Etats-Unis dans le but de remettre en cause la décision de I’ARMP’ Nous vous prions une fois de plus de bien vérifier la véracité des informations  portées à votre connaissance car à cette date, le Premier Ministre était bel et bien à Kinshasa.

 

S’il existe un contentieux BIVAC-WEBB FONTAINE comme vous l’avez titré dans votre quotidien, cela n’engage aucunement le Ministère de I’Economie et  Commerce qui n’en est pas au courant.

 

Veuillez agréer, Monsieur I’Editeur-Directeur Général, I’assurance de ma considération distinguée.

Daniel Mulenda

Lomena

(Directeur de Cabinet)

LEAVE A REPLY

*