A propos de «Ça chauffe au MLC !» : Droit de réponse de l’Honorable Jean-Lucien Bussa Tongba

0
48

Objet : Droit de réponse.

A Monsieur le Directeur de Publication du Journal le Phare

à Kinshasa/Gombe

Monsieur le Directeur,

            J’ai lu non sans surprise dans votre publication n°4603 du 27 juin 2013 un article sur lequel le rédacteur informe I ‘opinion que je suis entendu par la commission de discipline du parti, Après l’avoir parcouru, je voudrais préciser que votre journal a, malheureusement, fait le relais des faits qui n’existent que dans I’esprit de ceux qui se servent de la presse pour régler des comptes à leurs adversaires politiques et/ou I ‘instrumentalise pour se faire une publicité à moindre frais lorsqu’ils sont conscients d’être en perte de vitesse.

            L’article sus-évoqué affirme qu’avec mes autres Collègues du parti de surcroit Députés nationaux à savoir Fidèle BABALA et Germain KAMBINGA, je suis mis à la disposition de la Commissaire de discipline du parti pour ma candidature en indépendant à l’élection du Gouverneur de l’Equateur et pour avoir trafiqué, d’après [e rédacteur, [a liste des candidats du MLC au bureau de la CENI. Cet article demeure dans la droite ligne d’un autre article publie précédemment dans lequel votre journal faisait allusion à un prétendu collège de fondateurs qui n’existe qu’aux yeux des imposteurs cités par Le Phare en appui de cette déclaration.

Pour éclairer I’opinion, je voudrais vous apporter les précisions ci-après :

1. De ma candidature à l’élection du Gouverneur de l’Equateur

Je voudrais vous renseigner que le choix du MLC a porté sur ma modeste personne contre la tendance minoritaire qui voulait une alliance contre nature avec le PPRD où le MLC devait dans cette hypothèse surréaliste proposer le Candidat Vice-gouverneur.

            Cette option prise en harmonie avec toutes les instances du parti y compris le Président national n’a pas rencontré l’assentissement d’un petit groupe d’intérêt obscur au sein de l’appareil qui continue de s’agiter même après les élections.

De même ma candidature sur la liste des indépendants était le seul choix possible pour des raisons stratégiques et légales. En effet, lorsque deux personnalités n’appartenant pas à une même organisation politique s’accordent à se présenter sur une liste, il n’y a qu’un choix à opérer qui soit conforme à la loi.

Une fois de plus, il s’est agi d’un choix délibéré de toutes les instances du parti. N’en déplaise à ceux qui occupent certaines positions au sein de I’appareil qui aurait préféré la pire des options pour servir les intérêts opposés.

2. Du financement de ma campagne

            Je suis fier que ma femme et mes enfants aient accepté de payer le prix d’une lutte politique pour faire asseoir la démocratie malgré toutes les pesanteurs, d’autant plus qu’ils ont tous intériorisé le fait qu’il était important pour le pays que certains sacrifient leurs économies au nom de I ‘engagement pour la République, lorsque les adversaires puisent dans la caisse de I’Etat pour financer leur campagne électorale. Beaucoup de mes collègues des partis politiques et Députés MLC et alliés m’ont plutôt félicité pour le sens élevé d’engagement politique. Ceux qui évoquent les questions de financement a posteriori auraient dû se manifester lorsque le besoin était pressenti.

3. De la présumée falsification de liste des candidats MLC à la CENI

            J’ai I’avantage d’exprimer une fierté légitime parce que c’est par ma plume que la liste des trois candidats MLC à la CENI a été envoyée à I’Honorable Président de I’Assemblée nationale.

Ce, conformément à la volonté du Président national du MLC. C’est encore par ma modeste personne en ma qualité de Président du Groupe parlementaire MLC & alliés que le nom du délégué du MLC à la CENI a été confirmé à I’Honorable Président de I ‘Assemblée nationale dans le respect de la loi.

Monsieur le Directeur de Publication,

            Vous avez bien noté qu’à cause de la médiocrité de certains acteurs politiques, les mensonges, les intrigues, la machination et la manipulation sont érigés en règle et mettent ainsi la société en péril. Ce comportement fait que les élites congolaises portent la responsabilité de la faillite de I’Etat.

Seule la vérité libère,

Honorable Jean-Lucien Bussa

Note de la Rédaction

Le Phare remercie l’honorable Lucien Bussa pour avoir usé de son droit de réponse et donné à nos lecteurs ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent à la vie politique dans notre pays des éléments d’appréciation sur le comportement de certains cadres du MLC et sur la situation qui prévaut au sein de ce parti.

Pour autant, une lecture attentive de la mise au point de Lucien Bussa permettra à tout lecteur averti de constater que Le Phare ne s’est jamais éloigné de la vérité. C’est Lucien Bussa lui-même qui révèle l’existence au sein de son parti d’une cinquième colonne prête à faire des alliances avec le diable. Une minorité d’agitateurs, précise-t-il.

Ne pouvant engager de débat sur la majorité et la minorité au sein du MLC, Le Phare se contente de prendre acte de la position exprimée par M.Bussa. Toutefois, il se permet d’ajouter qu’il a reçu, des sources autorisées, confirmation de l’existence des commissions de discipline qui sont effectivement à pied d’oeuvre depuis plusieurs jours. Leurs membres dûment identifiés ne peuvent malheureusement pas s’exprimer publiquement. D’abord parce que soumis au devoir de réserve, et ensuite parce que leurs rapports sont destinés aux instances du parti. Voilà qui a le mérite de la clarté.  

LEAVE A REPLY

*