A partir de ce mardi 4 octobre   : le Rassemblement en Conclave à Limete

0
605

rassemblementInitialement prévu le samedi 1er octobre 2016, le Conclave du « Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement» s’ouvre finalement ce mardi 4 octobre 2016 à la nouvelle  permanence incendiée de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), dans la commune de Limete.

Un  acteur de cette plate-forme politique s’exprimant sous le sceau de l’anonymat a fait savoir que le siège de ce parti a été choisi, à titre symbolique, pour abriter ces assises.

          Il a souligné que les poids lourds de l’opposition voudraient, à travers ce Conclave, rendre un hommage collectif aux combattants de l’UDPS morts carbonisés dans ce site dans la nuit du 19 au 20 septembre 2016, à la suite d’un plan machiavélique exécuté par des forces du mal. Il s’agit également de s’incliner devant la mémoire des militants d’autres partis membres du « Rassemblement des Forces Politiques et Sociales fauchés lors de mêmes événements, pour avoir eu le tort de manifester pacifiquement pour exiger la convocation du corps électoral le 19 septembre 2016, conformément aux prescrits de la Constitution.

          Cette activité du « Rassemblement » démarre au moment où le dialogue de la Cité de l’Union Africaine amorce son dernier virage, après une énième audition du président de la CENI, qui vient d’installer définitivement le doute dans les esprits, en martelant que l’élection présidentielle ne pourrait avoir lieu, au mieux, qu’en novembre 2018.

Pour les sociétaires du « Rassemblement », les résolutions qui sortiront de leurs échanges devraient être confrontées à celles de la Cité de l’UA, dans le cadre d’un vrai dialogue à venir.

          Le chef de file de cette méga plate-forme de l’opposition et président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, avait lancé, en son temps, un appel aux masses populaires leur demandant de rejeter les conclusions du dialogue qui se tient à la Cité de l’Union Africaine sous la facilitation de l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo.

                                                                                       Eric Wemba