A l’initiative de « Congolais debout », « Filimbi », « Lucha » et consorts : « Manifeste du citoyen congolais » pour une transition sans Kabila

1
239

Un document baptisé « Manifeste du citoyen congolais » et adopté le vendredi 18 août 2017 à Paris, en France, par des délégués d’une dizaine de mouvements associatifs et citoyens congolais, prône une période de transition de deux ans en République Démocratique du Congo avant les élections, sans la participation du Chef de l’Etat actuellement en fonctions. On a reconnu, parmi ses ténors, Sindika Dokolo, gendre du président Eduardo dos Santos d’Angola et fondateur du mouvement citoyen « Congolais debout », dont la sortie publique a eu lieu le vendredi 11 août toujours dans la capitale française, mais aussi Floribert Anzuluni, Coordonnateur de Lucha (Lutte pour le Changement), en exil à l’extérieur depuis 2015, d’un représentant de Filimbi et d’autres organisations de la Société Civile.

A en croire les signataires du « Manifeste du citoyen congolais », cette initiative est dictée par leur conviction selon laquelle il n’y aura pas d’élections en RDC cette année et que Joseph Kabila ne quittera pas le pouvoir le 31 décembre 2017, à l’expiration du sursis
de 12 mois lui accordé par l’Accord du 31 décembre 2016 pour une passation civilisée du pouvoir avec son successeur, à désigner par les urnes avant cette échéance.

Leur vision de l’alternance démocratique au sommet de l’Etat congolais devrait avoir pour socle ce qu’ils appellent « une transition citoyenne et non partisane », dont la durée ne devrait pas dépasser 24 mois. Concrètement, les forces vives de la Nation devraient se mettre ensemble pour décider de la conduite de cette fameuse transition par des compatriotes représentant tous les maillons de la vie nationale (classe politique et société civile toutes confondues) , mais dont l’engagement primordial serait de créer les conditions propices à l’organisation d’élections libres, transparentes et apaisées mais surtout de ne pas briguer un quelconque mandat l’électif à l’occasion des scrutins.
Les dépositaires du « Manifeste du citoyen congolais » laissent
entendre qu’ils vont s’investir dans des actions pacifiques pour
contraindre le Président de la République à rendre le tablier.
Interrogés au sujet d’une éventuelle connexion avec l’opposition
politique, Sindika Dokolo et ses partenaires ont insisté sur le
caractère apolitique de leur organisation. Toutefois, ils ont souligné
que sans une forte mobilisation populaire, aucun résultat ne saurait
être obtenu dans le sens du retrait de Joseph Kabila du pouvoir.

L’opposition pour…la Majorité contre

En rapport avec le « Manifeste du citoyen congolais », la réaction
des opposants, notamment Martin Fayulu, est allée dans le sens du
soutien total à une démarche qui rejoint celle du Rassemblement, qui a
déjà lancé, à compter du 8 et 9 août 2017 (villes mortes à travers le
pays), des actions pacifiques visant le respect de l’Accord du Centre
Interdiocésain et singulièrement sa disposition relative à la tenue
des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales
en séquence unique au plus tard le 31 décembre 2017. Il a clamé avec
force que le président Joseph Kabila, qui a perdu toute légitimité
pour n’avoir pas voulu respecter l’Accord de la Saint Sylvestre,
devrait avoir le courage de quitter son poste.
Réagissant pour le compte de la Majorité présidentielle, André Atundu
a condamné l’initiative de ces Congolais qui ont choisi Paris pour
aller traiter des problèmes du pays. Se référant à  Lumumba, il a
rappelé que l’histoire du Congo devrait s’écrire au Congo et non pas
dans une capitale européenne. Bref, à son avis, la solution à la crise
congolaise devrait être trouvée par les Congolais eux-mêmes sur la
terre de leurs ancêtres. C’est le lieu de relever que du côté de la
Majorité Présidentielle, on pense que le « Manifeste du citoyen
congolais » est le fruit de l’inspiration des maîtres occidentaux qui
instrumentalisent nos compatriotes.
Kimp

1 COMMENT

  1. cette transition va servir le peuple congolais en quoi? demande a nangaa qu’est ce qui lui manque pr organiser les elections. si c’est pr l’argent, ns sommes pret a cotiser 1$ par citoyen.hein!

Comments are closed.