« A la rencontre du destin » fait bouger le CWB

0
52

Les habitués du Centre Wallonie Bruxelles « CWB » vont être gâtés ce mois ci.  La déléguée du CWB, Kathryn Brahy, et son adjoint Braine Tshibanda l’ont dit   lors de la conférence de presse mensuelle d’hier mercredi 7 mai 2014.

Kathryn Brahy en a profité pour parler du nouveau logo de ce centre culturel.

Plusieurs romans vont être présentés  au public.

Informaticien de formation et  écrivain, Gilbert Tshibangu vient de publier un nouveau livre :

 « A la rencontre du destin ». C’est   l’histoire d’un garçon de 16 ans et d’une gamine de 12 ans qui se  sont   confiés à un charlatan. Au gamin, le charlatan a prédit une mort précoce et  à la fille qu’elle  quittera son mari quelques années après son mariage pour suivre un autre homme.

Bouleversé, le jeune homme  a commencé à poser des actes illégaux pour s’enrichir  un peu vite. Les  deux enfants   ont commencé à gérer différemment   leurs vies en raison de   leurs  sensibilités.  Ce roman sera présenté au public  le 20 mai 2014.

Pour la petite histoire, l’auteur avait reçu en guise d’encouragement un exemplaire de « Vol de nuit »   d’Antoine de Saint Exupery de son professeur de français  pour s’être distingué dans son cours. Fasciné par le courage  et les belles tournures de l’auteur,   il rêvait  parfois qu’il était dans les airs, tenant un manche à balai.

La lecture de cet ouvrage, a fait remarquer Tshibangu à l’assistance, l’a marqué au point qu’il est parvenu à  garder  son sang-froid devant des situations difficiles.

Voulant lui aussi  susciter auprès des autres  l’esprit de courage et de persévérance, il en est  arrivé à l’idée de devenir romancier.

            Tshibangu sera précédé par  Jean Kalimunda Nza- Balinda, qui présentera au public  le 13 mai 2014  l’ouvrage  intitulé « La protection de l’enfant en droit positif congolais : état de la question au regard de l’évolution du droit international ».

            Les proverbes sont considérés comme un genre littéraire assez particulier ou mieux la sagesse imagée. Dans les sociétés traditionnelles aficaines, les citoyens    réglaient  leurs problèmes en recourant aux proverbes.

Etienne Pembe va s’appesantir sur  les proverbes kuba le 10 mai 2014.

Le groupe typiquement féminin dénommé « Nkento Bakaji», coaché par Louis Onema, fera son apparition officielle le samedi 23 mai 2014 au Centre culturel Meko. Cinq  pupilles d’Onema étaient au CWB hier.

            Amoureux de Molière, Israël Tshipamba vient d’adapter à sa manière une  pièce  du comédien français en l’intitulant « Masamuna Georges Dandin ».

            C’est l’histoire d’un homme riche obsédé à l’idée de devenir bourgeois et qui a épousé une très belle  fille  issue d’une bonne famille mais en déclin. Pour sa belle famille, le gendre est un homme ordinaire. Et ce dernier est souvent cocufié par un autre homme.

            Le festival « Mbonda elela », très prisé par le public et conçu pour valoriser les instruments de percussion modernes, traditionnels ,  en est à sa deuxième édition.

            Burundais, Brazzavillois (incertains ), Français, Ivoiriens… seront à Kinshasa à la fin de ce mois pour égayer les festivaliers, a précisé Nerry Gelezi, un des initiateurs de « Mbonda elela » 2014.

Joseph Ngongo, Junior Twendele (stagiaires de l’Unikin) et Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*