6 semaines après l’incendie de ses installations

0
36

L’UPAK obtient le soutien du ministre Kuzunda

Comme le phénix, l’Usine de Panification de Kinshasa (UPAK) renaît de ses cendres. La preuve en a été donnée au ministre de l’Industrie, Anicet Kuzunda,  le samedi 20 mars 2010, à l’occasion d’une visite guidée effectuée sur le site de cette entreprise sinistrée dans la nuit du 5 au 6 février dernier. 
 

            En effet,  le patron de l’industrie nationale, éclairé par le président-directeur général de l’Upak, Gérard Dounis, s’est rendu compte de la genèse et de l’ampleur des dégâts, puis a constaté les efforts de la boulangerie pour sa relance. En somme,  les dommages sont estimés à plus de 5 millions Usd, car l’entrepôt et des milliers de sacs de farine de froment qui s’y trouvaient étaient tous partis en fumée. Flambée d’origine criminelle au regard de son originalité, Gérard Dounis a cependant souligné que l’inventaire de tout ce qui avait brûlé a été transmis au gouvernement, alors que l’instruction judiciaire se poursuit au parquet de Kalamu. « Le plus grand dégât enduré est plus mental que matériel car des milliers de personnes vivant grâce à l’Upak ont subi un choc psychologique». Heureusement que nous avons suffisamment de ressources pour remonter cette situation », s’est-il réjoui, avant de renseigner que la direction de l’entreprise avait formulé une demande d’assistance auprès du gouvernement jusqu’à ce qu’elle retrouve sa capacité d’antan. Concrètement, il s’agit simplement de repousser l’échéance de paiement des impôts afin de permettre à l’Upak de régler ses obligations sans endettement supplémentaire.
            A cette préoccupation, le ministre Kuzunda a répondu qu’il est du devoir de l’Etat congolais de soutenir cet établissement qui emploie près de 300 agents et offre indirectement du service à près de 20.000 autres. Tout en relevant la place capitale qu’occupe le pain dans le quotidien du Kinois, Anicet Kuzunda s’est félicité des efforts fournis par l’Upak dont les responsables ne se sont pas découragés malgré le sinistre. Accompagné de l’Administrateur-Délégué de la Fédération des Entreprises Congolaises(FEC), Jean Kalala, ce dernier est convaincu qu’il y a nécessité de soutenir les entreprises en luttant pour le vote de la loi portant protection de l’industrie locale. D’ores et déjà, annonce-t-il, UPAK est éligible au projet de soutien à l’industrie locale.
Rappelons qu’en date du 5 juin prochain, l’Usine de Panification de Kinshasa totalisera 33 ans d’existence en offrant des produits de qualité à la population de la capitale et de ses environs.    Tshieke Bukasa
 

LEAVE A REPLY

*