59 millions d’euros pour les Congolais

0
24

« Des millions des personnes, en République Démocratique du Congo, traversent l’une des crises la plus longue au monde. Les déplacements des populations  à grande échelle constituent un problème non résolu depuis près de 20 ans. Le pays est en crise avec d’énormes difficultés. C’est la raison pour laquelle nous augmentons  notre aide en faveur de la RDC de dix pourcent par rapport à l’année dernière ». C’est la déclaré la Commissaire  Kristalina Georgieva. Cette  et précision sur l’appui humanitaire de l’Union européenne à la population congolaise surtout des zones touchées par la guerre a été donnée,  le lundi 05 mars lors  d’une conférence de presse  tenue dans la salle de réunion du siège de OCHA.

Cette aide est destinée à trois catégories d’individus : les personnes déplacées de guerre, les femmes victimes de violence sexuelle et des enfants malnutris,  principalement ceux vivant dans les zones des conflits.  Car la RD Congo  compte 1,7 million des personnes déplacées à l’intérieur du pays et 426.000  réfugiés congolais dans le pays  voisins, d’après le bilan du Haut Commissariat des Réfugiés.
L’Union européenne utilise le terme « aide humanitaire en faveur des victimes de la crise oubliée » car d’après la Commissaire, la crise congolaise est une crise à laquelle on ne fait pas allusion parce que sur le plan mondial,  seules les crises de la  Syrie, du Soudan et autres sont importantes. Celle de la RDC semble être oubliée.

 Echangeant avec la presse, la Commissaire a souligné qu’elle est très contente d’effectuer cette visite mais est étonnée  de la grandeur du Congo principalement Kinshasa. Mais néanmoins, elle a constaté que la RDC a un sérieux problème d’énergie électrique,…

Que fait le gouvernement congolais ? La République Démocratique du Congo compte onze provinces très riches en tout. Elle est détentrice d’une terre très fertile sur toute son étendue, capable de produire différentes denrées alimentaires pouvant permettre d’éradiquer la faim. Et surtout augmenter ses revenus en produisant,  en  vendant et  même en exportant comme cela se faisait 30 ans passés.
Doit-on rester derrière les européens, les américains, les asiatiques pour obtenir de quoi vivre ? Que fait le ministère de l’Agriculture pour booster une production conséquente pouvant faciliter la prise en charge de la population ? Quelle est la place du ministère des  Affaires sociales ?

Certes, les aliments disponibles pour la population congolaise pourrissent ici et là dans les différentes provinces faute des moyens de transport. Que fait le ministère des Transports ? Les commerçants nationaux se plaignent du fait que les ministères  et institutions habilités à fixer des taxes à payer compliquent la vie des commerçants.

Dorcas NSOMUE

 

LEAVE A REPLY

*