55O démobilisés dotés de kits professionnels

0
44

Au  terme de la formation suivie à l’INPP (Institut national de préparation professionnelle), après qu’ils aient déposé les armes dans les différents groupés armés où ils évoluaient pour choisir la vie civile, 550 ex-combattants ou démobilisés ont reçu des outils ou matériels appropriés à leurs futurs métiers respectifs.

La cérémonie de la remise officielle de ces kits reçus par chacun selon le métier appris, a eu lieu hier jeudi 27 mai au siège provincial de l’Inpp/Kinshasa sis 11ème rue Limete industriel.

 Elle était présidée par le Directeur général adjoint de l’Inpp, Makina Malongi qui était assisté de Nkongolo et Bondjeke, respectivement directeurs technique national et provincial de l’Inpp/Kinshasa.
 C’est grâce au financement de la Banque mondiale que l’achat des outils remis aux ex-combattants et désormais véritables hommes de métier a été rendu possible.

 

C’est ce qui fait que la remise soit assurée par l’UEPN-DDR, ex-CONADER.
 Pour ce qui est des bénéficiaires, ceux-ci appartiennent à plusieurs filières, notamment la mécanique (les deux versions : moteur à essence et diesel), l’ajustage (soudage), électricité auto et bâtiment, froid ménager, coupe et couture, esthétique, menuiserie, maçonnerie, maintenance des ordinateurs, vidéo fréquence, télécommunications, carreleurs, etc.
 Selon les responsables de l’Inpp, la Banque mondiale a déboursé une enveloppe globale de 445 dollars pour chaque démobilisé, dont 435 $ ayant servi à l’achat des outils constituant le kit reçu et 10 $ en espèce en vue de leur faciliter le transport vers leurs domiciles.
 Du côté des bénéficiaires, la joie était totale. Nombreux ne se sont pas réservés de dévoiler leur projet de monter soit un atelier, soit un garage, etc.
 Tout en remerciant la Banque mondiale pour l’appui à la formation professionnelle de la jeunesse congolaise, les responsables de l’Inpp se sont dit fiers d’avoir accompli leur devoir.
 Pour eux, la balle est maintenant dans le camp de leurs apprentis entirpour démontrer de quoi ils sont capables sur le terrain.
 Enfin, ils ont invité les bénéficiaires à bien garder les outils reçus, surtout que nombreux ne pourraient jamais en avoir  à cause du coût onéreux.

Dominique Mukenza

LEAVE A REPLY

*