5 chantiers de la République : Joseph Kabila interpellé

0
47
Le Chef de l’Etat a bouclé, le week-end dernier, une mini-tournée provinciale qui l’a conduit successivement au Kasaï Oriental, au Kasaï Occidental, au Bandundu, au Nord-Kivu et en Province Orientale. Joseph Kabila a surpris son monde en choisissant de faire le « tour du propriétaire » au volant de sa voiture. Des observateurs voient dans cette option du numéro un des Congolais son souci de palper du doigt et de constater, en dehors de son bureau de travail, le degré de visibilité des 5 chantiers de la République.
 
            A ce propos, le Congo profond s’est révélé comme un vaste domaine encore vierge, où beaucoup reste à faire pour relier, par des routes bitumées, les chefs-lieux de provinces entre eux, connecter les routes de desserte agricole, pour la plupart impraticables, aux voies nationales de communications. L’arrière-pays souffre cruellement du manque d’hôpitaux, d’écoles, d’instituts supérieurs et universités, de bâtiments administratifs, d’eau potable, d’électricité, d’industries (lourdes et légères), etc. 
            Quatre ans après leur annonce, les grands travaux d’infrastructures n’ont toujours pas pris leur envol dans plusieurs provinces du Centre, du Nord et de l’Est du pays. Chez beaucoup de Congolais résidant en dehors de Kinshasa, l’enclavement de leurs villes et villages reste le décor vécu au quotidien. Les 5 chantiers de la République tendent à s’apparenter plus à un rêve, pour ne pas dire à un slogan, qu’à une réalité vivante.
 
Des signaux forts 
attendusA 12 mois de la fin de la législature en cours, des signaux forts sont attendus par les Congolais de Mbuji-Mayi, Mwene Ditu, Lodja, Ngandajika, Kananga, Lusambo, Ilebo, Tshikapa, Idiofa, Kikwit, Bulungu, Kassongo Lunda, Beni, Butembo, Lubero, Rutshuru, Kasindi, Bunia, Aru, Isiro, Kisangani, Buta dans la rubrique relative à l’aménagement et à la modernisation du territoire.
            Certes, plusieurs axes routiers ont été réhabilités mais une plus grande mobilité, entre les citoyens des campagnes et des villes, est réclamée. Car, dans la majeure partie du Congo profond, les mouvements des personnes et de leurs biens demeurent problématiques. L’état actuel des infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires, sanitaires, scolaires, administratives, énergétiques appelle des actions de grande envergure de la part des planificateurs et exécuteurs des 5 chantiers de la République, au risque de gêner considérablement l’image du Chef de l’Etat en fin de parcours.
 
Fonds détournés ?Le Procureur général de la République a ouvert, il y a peu, des dossiers en rapport avec des soupçons de détournement des fonds publics destinés aux 5 chantiers de la République. De retour de leurs vacances parlementaires, des parlementaires n’ont pas hésité à accuser certaines autorités provinciales d’avoir fait main basse sur des deniers publics devant servir au financement des infrastructures. D’où la faible visibilité, voire l’invisibilité de nouvelles routes, écoles, formations hospitalières, centrales thermiques ou hydroélectriques, usines de traitement d’eau potable, etc.
            S’il est prouvé que des compatriotes responsabilisés pour conduire à bonne fin les 5 chantiers de la République ont trouvé le moyen de se remplir les poches au détriment du grand nombre, que la rigueur de la loi leur soit appliquée. Par sanction, il ne faut pas entendre le simple fait de les envoyer en prison mais aussi l’obligation pour lui de restituer l’argent subtilisé, afin de permettre aux vrais patriotes de matérialiser la volonté du Chef de l’Etat de faire de la RDC un Etat moderne. Pour avoir lui-même fait le tour d’une large portion du pays, Joseph Kabila a certainement pris la mesure des travaux d’Hercule à lancer pour apaiser tous ceux et toutes celles qui, en provinces, continuent à faire les Saint Thomas face à son ambitieux programme visant à doter le pays d’infrastructures conformes aux besoins de mobilité des personnes et de leurs biens à l’intérieur de ses frontières. Le compte à rebours a commencé.  
 
Kimp.
 

LEAVE A REPLY

*