400 cadres et agents de la DGDA/Kin-ville formés au Code douanier

0
143

Après leurs homologues des provinces douanières du Bas-Congo, du Katanga, du Nord Kivu ainsi que du Sud Kivu, les douaniers de Kinshasa viennent d’être initiés au Code douanier promulgué au terme de l’ordonnance présidentielle le 20 août 2010.

            Ce module de remise à niveau suivi par 400 cadres et agents de la Direction Générale des Douanes et Accises de la capitale, ne constitue que la première session de formation que la hiérarchie compte d’organiser à l’endroit de ses collaborateurs, a déclaré le Directeur Général de la DGDA. C’était dans son discours de clôture de la session de formation sur le nouveau Code des douanes, organisée du 17 au 22 juillet 2013, à l’intention des cadres et agents de la DGDA-ville.

            Deo Rugwiza Magera a noté, à ce sujet, que cette formation est conforme au plan d’actions 2013 de la DGDA et son programme de réforme et modernisation.

            « En effet, conformément à son plan d’actions 2013 et à son programme de réforme et modernisation douanières, la DGDA a pris l’option de relever le défi de la modernisation de ses services notamment par l’organisation, sur l’ensemble du territoire national, des actions visant à former son personnel dans différents domaines ».

            Ledit plan comporte 4 axes jugés prioritaires, à savoir : améliorer le niveau des recettes, promouvoir le civisme fiscal, lutter contre la fraude et l’évasion fiscale, renforcer les capacités des services mobilisateurs des recettes.

            Dans ce chapitre des domaines prioritaires, a-t-il indiqué, le cap sera désormais mis notamment sur le Code des douanes, le Code des accises, ainsi que le Système douanier automatisé de gestion des procédures dénommé SYDONIA.

            C’est pourquoi, la haute direction a jugé utile et logique de faire précéder la formation en SYDONIA World par celle sur le Code des douanes. Cela présente l’avantage de permettre aux cadres et agents de bien appréhender non seulement le fondement juridique des procédures informatisées, mais également et surtout d’assainir l’environnement dans lequel lesdites procédures seront mises en application, afin d’aider la douane congolaise à jouer pleinement son rôle dans l’instauration d’un climat propice au commerce et aux investissements.

            Pour le numéro un des douanes congolaises, une étape nouvelle venait d’être franchie dans la politique de renforcement des capacités des ressources humaines au sein de la Direction Générale des Douanes et Accises.

            En  ce qui concerne la formation, il a fait savoir qu’elle constituait la première session de remise à niveau du personnel douanier. Car, elle pourra s’étendre aux cadres et agents douaniers d’autres provinces dans les semaines à venir.

            Quant au contenu, la première session que venaient de suivre 400 cadres et agents de la DGDA/Kin-ville a porté essentiellement sur le Code des douanes, et à titre secondaire, sur la gestion des risques et sur l’éthique.

Cinq modules et le contentieux douanier ont constitué l’essentiel des matières dispensées pendant la session de formation.

            Le premier module portait sur des généralités a permis d’appréhender l’esprit général du code des douanes ; tandis que le deuxième a aidé à comprendre comment doivent être organisés les services de la douane et comment ils doivent fonctionner.

            Quant au troisième module, il a permis aux apprenants d’examiner les éléments de base de calcul des droits et taxes, et plus précisément les tarifs douaniers et la valeur en douane.

            Le quatrième module a planché sur la familiarisation avec les procédures de dédouanement. C’est-à-dire : de la conduite en douane à la mainlevée des marchandises.

            S’agissant du cinquième module, il a traité de différentes destinations douanières des marchandises, à savoir : les régimes douaniers y compris ceux des douanes économiques ainsi que les zones franches et les zones économiques spéciales.

            Enfin, les apprenants ont été formés sur l’examen des règles relatives à la constatation et à la répression des infractions douanières, bref sur le contentieux douanier.

            « Au cours de cette session de formation sur le Code des douanes, vous avez appris que la gestion des risques est un outil important dans l’organisation des contrôles douaniers pour cibler les envois à risque », a rappelé Deo Magera à ses collaborateurs.

            Avant de poursuivre : « Ensuite, grâce aux échanges que vous avez eus sur l’éthique professionnelle, vous avez compris que les importantes prérogatives que le Code des douanes vous reconnait doivent être exercées avec professionnalisme et intégrité et vous déterminer à lutter efficacement contre les antivaleurs qui se résument dans l’acronyme CFDTI :

– C comme lutte contre la corruption ;

– F : lutte contre la fraude ;

– D : lutte contre les détournements ;

– T : lutte contre les tracasseries ;

– I : lutte contre l’impunité ».

Ce, avant d’inviter d’eux à s’approprier ledit acronyme et l’appliquer, sans faille, une fois de retour à son poste de travail. « Ne dit-on pas que conscience sans conscience, n’est que ruine de l’âme », a-t-il rafraîchi la mémoire de ses collaborateurs apprenants.

            Après le discours du Directeur général, il a été procédé à la remise des certificats aux apprenants.

Dom 

LEAVE A REPLY

*