300 nouveaux médecins sur le marché congolais

0
449

mama yemoLe conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) a reçu le serment de 300 nouveaux jeunes médecins le vendredi 21 fevrier 2014 dans la salle des Conférences du Collège Boboto, dans la commune de la Gombe. C’était en présence du ministre de la Santé Publique, Félix Kabange Numbi,du président du CNOM, Docteur Mbutuku et du Secrétaire général du Synamed (Syndicat National des Médecins), Docteur Mankoy Badjoko. Les nouvelles blouses blanches sont sorties de l’Université de KInshasa, de l’Université Bel Campus, de l’Université Simon Kimbangu, etc.

Le ministre de la Santé a signalé qu’il s’agissait, pour les nouveaux disciples d’Hippocrate, d’un engagement pris pour toute leur carrière. Car, de plus, de jeunes médecins ont tendance à banaliser le sens de leur serment. Il leur a rappelé que la médecine s’apparente à un apostolat. D’où, le strict respect du secret médical et de la vie humaine s’impose.

         Félix Kabange Numbi a insisté sur le fait que la vocation comptait beaucoup pour un médecin. Aussi a-t-il déploré la prolifération des facultés de médecine au niveau de l’enseignement supérieur de notre pays. Cela, a-t-il noté, ne rend pas la tâche faciel au gouvernement dans ses efforts d’amélioration du secteur de la santé.

         A cet effet, il a rappelé qu’il y a 20 ans, la République Démocratique du Congo ne comptait que trois facultés de médecine. Aujourd’hui, l’on en dénombre 47. L’assainissement du secteur s’impose.

         Le ministre de la Santé a révélé que le Premier ministre lui avait

déjà écrit pour qu’un cadre de concertation soit mis en place entre le

ministère de la Santé, de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et l’Ordre National des Médecins, afin d’examiner la viabilité et la fiabilité de ces différentes facultés de médecine.

         Après avoir reçu le serment des nouveaux médecins, Dr Mbutuku, président de l’Ordre National des Médecins, a rappelé que la compétence et la qualité sont deux éléments majeurs dans le domaine de la médecine. Il a reconnu au passage que la multiplicité des facultés de médecine avait un impact négatif sur la qualité des médecins en formation.

         S’adressant au ministre de la Santé, Docteur Mbutuku lui a fait savoir que le grand défi à relever par le pays est celui de l’utilisation rationnelle des médecins, de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, faute de quoi la fuite des cerveaux vers l’étranger est à craindre.

         S’adressant aux heureux lauréats, le président du CNOM les a appelé à un comportement irréprochable, à la dignité, à la conscience et au respect de leur déontologie. Il a suggéré au ministre que ce secteur puisse être restructuré par une bonne planification du gouvernement, de manière à connaître les besoins réels du pays en médecins.

Melba Muzola

LEAVE A REPLY

*