29 lauréats produits par le Campus numérique francophone de Kinshasa

1
161

 

29 étudiants bénéficiaires de l’enseignement supérieur à distance ont reçu leurs diplômes de fin d’études le samedi 7 avril 2012 au Campus Numérique Francophone de Kinshasa ( CNFK)/ Centre de Documentation de l’Enseignement Supérieur, Universitaire et de Recherche à Kinshasa( Cedesurk). Ces parchemins proviennent des universités d’Amiens, de Limoges, de Bordeaux, de Nancy… Annie Kabeya, Juliette Kasongo, Symphorien Kibundilu, Kalonji Paulin…. sont aujourd’hui titulaires des Masters en Gestion des territoires et Management des organisations, Droit public et Sciences Politiques ( option éthique des organisations et de professions), en Marketing et vente, Gestion Intégrée des Ressources en Eau, Droit International et Européen des Droits Fondamentaux…
En sa qualité de directeur du CNFK , Jean Réné Galekua, a dit que la valeur académique des diplômes délivrés aux lauréats est identique à celle de parchemins obtenus en présentiel dans les universités françaises.
Les établissements supérieurs membres de l’Agence Universitaire de la Francophonie offrent aujourd’hui 80 formations ouvertes et à distance ( FOAD). 15 proviennent des universités d’Algérie, de Tunisie, du Burkina Faso…
L’AUF accorde annuellement des allocations pour permettre aux meilleurs candidats de bénéficier en plus d’un tarif préférentiel pour les pays du Sud, d’une prise en charge de 2/3 de leurs frais d’études.
En marge du 14 ème Sommet de la Francophonie, l’AUF a mis en place un certain nombre d’actions et de projets. Il s’agit de : l’implantation de nouveaux campus numériques à Bukavu, Lubumbashi, Kisangani et à Kinshasa, la tenue à Kinshasa en septembre 2012 d’un symposium international sur l’environnement, l’économie et le développement durable et le rôle de l’université etc.
Progrès notables
Pascal Tshimanga, président de l’Association des Anciens Etudiants en Formation Ouverte et à Distance (FOAD/RDC), a fait observer que si les premiers cursus à distance furent développés par des établissements universitaires du Nord, l’offre des FOAD des universités de Yaoundé, de Ouagadougou, de Dakar…. est désormais concurremment significative. Des universités du Bénin, de Hue (Vietnam), d’Antananarivo à Madagascar commencent à s’y intéresser.
La Distance Education Association for Southern Africa ( DEASA), l’African Council for Distance Education ( ACDE) ont vu le jour dans l’espace de la SADC.
En RDC, le ministère de l’ESU a agréé en 2011 la création du Comité national de l’Enseignement Ouvert et à Distance. Bien avant cela, de nombreux Congolais ont validé des cursus universitaires délivrés, significativement depuis 2003 grâce à l’AUF.
L’association aide les « nouveaux » candidats à choisir la filière à suivre, à préparer leurs dossiers ou même à se faire accompagner, a précisé Tshimanga.
Par ailleurs, les membres de l’association ont réussi à intégrer l’équipe pédagogique de quelques FOAD au niveau international. Il s’agit par exemple du Programme de Master en utilisation des TIC de l’université de Strasbourg. 
«Avec nos 200 membres, nous sommes prêts à apporter notre expertise aux demandeurs potentiels», a-t-il souligné. Kinshasa abritera en 2013 la réunion de la DEASA. Et c’est le moment de songer à l’organisation du premier Forum congolais sur la formation à distance, a-t-il déclaré.
La représentante du ministre de l’ESU au CNFK a confirmé l’appui de l’autorité de tutelle à ce nouveau mode d’enseignement. Le délégué du Premier Ministre intérimaire a renchéri que Koyagialo ayant dans ses attributions les Postes et les Nouvelles Technologies, il sera présent au CNFK/ Cedesurk.
Le CNFK a vu le jour en 2003. Il est un centre de partage et de capitalisation d’expériences.
 
Massala

1 COMMENT

  1. Je souhaite faire un master en Transit et Commerce International pour améliorer mon travail de Contrôleur des Douanes et Accises. Comment alors puis je m’y prendre?

LEAVE A REPLY

*