26 juin : début de la campagne de vaccination 600.000 enfants contre la poliovirus

0
54

Une campagne de vaccination contre une épidémie liée au poliovirus dérivé du vaccin sera lancée le mardi 26 juin 2018, dans cinq provinces de la République Démocratique du Congo (RDC). Soutenue par le Fonds des Nations Unis pour l’Enfance (UNICEF), cette campagne est organisée par le ministère de la Santé publique, à travers son Programme Elargi de Vaccination (PEV). Elle cible environ 600.000 enfants de 0 à 5 ans dans les provinces du Maniema, du Haut-Lomami, du Tanganyika, du Haut-Katanga et de la Mongala. Cette activité est en réalité une mesure d’urgence prise par les autorités sanitaires et
annoncée hier mardi 19 juin 2018, au siège de l’UNICEF par deux experts de cet organisme de l’ONU, Dr Rija et Dr Ibrahim.

En effet, malgré que notre pays est officiellement déclaré exempt du poliovirus sauvage depuis 2015, il fait face, depuis plusieurs mois, à une nouvelle épidémie de poliomyélite. Il s’agit d’une épidémie liée au poliovirus dérivé du vaccin. A ce jour, vingt-six cas de poliovirus dérivés du vaccin ont été confirmés à travers le pays, dont deux dans
la province du Maniema ; neuf dans la province du Haut-Lomami ; quatorze dans la province du Tanganyika ; un dans la Province du Haut-Katanga et un dans la Province de la Mongala. Toutefois, si l’épidémie au Maniema semble sous contrôle, elle continue de sévir
dans les provinces du Tanganyika, du Haut-Katanga et du Haut-Lomami.

Le risque de propagation aux autres provinces est élevé.

Des obstacles à la vaccination nécessitent la
communication

Enfin de contrôler l’actuelle épidémie, les deux intervenants ont
indiqué que l’UNICEF soutenait le gouvernement de la RDC dans ses
campagnes de vaccination contre cette maladie provoquant des
paralysies irréversibles et invalidantes chez les enfants. En effet,
cette campagne de vaccination succède à cinq autres menées en 2017.
L’Unicef a appuyé la récente campagne de vaccination organisée par le
gouvernement à travers la mise à disposition entre autres de plus de
3,5 millions de doses de vaccin, 2.600 glacières et 6.000
porte-vaccins et l’organisation d’activités de communication et de
sensibilisation de la population à la vaccination. L’Unicef a souligné
également avoir déployé 88 spécialistes pour soutenir la campagne de
vaccination et la communication pour la vaccination.
L’Unicef a constaté que dans certaines Zones de santé, les
vaccinateurs continuent à se heurter à des refus. C’est pourquoi elle
a précisé que la communication pour la vaccination est essentielle
pour cette population en vue d’obtenir son implication active. Pour ce
faire, elle appuie le travail de communication pour la vaccination à
travers des plaidoyers adressées aux autorités politiques et aux
leaders communautaires et religieux. En outre, elle appuie la
diffusion des messages par les médias, la distribution  d’affiches et
autres supports de communication au sein des communautés, y compris la
formation et mobilisation des relais communautaires. Ce travail de
communication a contribué à diminuer la proportion d’enfants
non-vaccinés suite au refus de 35% en décembre 2017 à 11% en mai 2018.

SAKAZ