Parquet de L’shi : Katumbi en sursis !

0
239

moiseKatumbiContrairement à ce qu’avait laissé penser sa présence prolongée au Parquet général près la Cour d’Appel de Lubumbashi, Moïse Katumbi n’a pas été mis sous mandat d’arrêt provisoire. On le pense encore en sursis pour un temps, car il est invité à comparaître de nouveau ce mercredi 11 mai 2016 devant la même juridiction. Il est difficile de dire, à ce stade, s’il va finir par être privé de liberté ou continuer à comparaître en homme libre. On signale que la semaine dernière, il avait sollicité et obtenu la protection rapprochée de la police de la Monusco, avant que la hiérarchie onusienne n’en décide autrement. Avant de répondre au mandat de comparution, il avait pris contact avec le Consulat de Belgique à Lubumbashi, dans le but de l’informer de ses ennuis politico-judiciaires. Mais on ignore la réponse lui réservée par  la représentation belge dans l’ex-Katanga.

Présent hier lundi 09 mai 2016 dans les locaux du Parquet Général de Lubumbashi, suite au mandat de comparution lui adressé en fin de week-end dernier, le précité a été entendu pendant plus de cinq heures par les magistrats instructeurs, en présence de ses avocats, dont le Bâtonnier Jean-Joseph Mukendi et Me Azarias Ruberwa, ancien Vice-président de la République. Arrivé sur les lieux à 10 heures, il n’a été autorisé à rentrer chez lui que peu après 18 heures (heure de Lubumbashi). Selon plusieurs sources, ce candidat déclaré à la présidentielle de novembre 2016 s’est présenté au Parquet Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi accompagné d’une nombreuse foule de ses sympathisants, parmi lesquels se recrutaient à la fois des fanatiques de son équipe, le TP Mazembe, des militants des partis membres du G7 et de l’Alliance pour l’Alternance Démocratique. On a d’ailleurs signalé la présence, dans son sillage, de plusieurs cadres de ces deux plates-formes politiques qui le soutiennent comme leur candidat commun à l’élection présidentielle. De 10 heures à 18 heures, a-t-on appris, la foule de curieux n’a fait que grossir, au point de pousser les commerces, les écoles ainsi que plusieurs exploitants d’activités du périmètre du Palais de Justice de Lubumbashi à fermer.

            A la fin de son audition, indiquent plusieurs sources, la police a dû tirer en l’air pour disperser la foule qui voulait reconduire Moïse Katumbi à pieds jusqu’à sa résidence du quartier Golf. Finalement, l’intéressé a dû prendre place à bord de son véhicule, en compagnie de quelques avocats de la défense.

            Selon des indiscrétions échappées de son entourage, les avocats de Moïse Katumbi ont soulevé, d’entrée de jeu, une exception liée à la présence d’un magistrat militaire aux côtés de ceux du Parquet général de la République, alors que leur client était appelé à comparaître en tant que civil. Après un débat houleux et une interruption de plusieurs minutes, l’exception a été jugée recevable et fondée au terme d’un jugement avant dire droit.

            C’est en début d’après-midi qu’a débuté l’audition de l’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga. On laisse entendre qu’il a été longuement interrogé au sujet du recrutement des mercenaires étrangers, conformément à l’accusation formulée contre lui par le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, qui a donné injonction, au milieu de la semaine dernière, au Procureur général de la République d’ouvrir une enquête judiciaire à sa charge.

            L’instruction pré-juridictionnelle étant secrète, on ignore les moyens de défense présentés par Moïse Katumbi. Mais on croit savoir qu’il a plaidé non coupable, ainsi qu’il l’avait déjà fait à travers les médias, peu après l’annonce de son interpellation par la justice. Il convient de signaler qu’à ce stade, Moïse Katumbi est cité en même temps que plusieurs membres de sa garde rapprochée, dont un Américain (Lewis Darryl) et trois Congolais (Yannick Kibinda, Franck Mwashala et Sefu Idi), actuellement en détention à Kinshasa au niveau des services spéciaux. Jusqu’à nouvel ordre, le sort de Moïse Katumbi reste incertain.

                                                Kimp