Le «Front Citoyen 2016 » contre la condamnation des membres de Lucha

0
174

luchaLe « Front Citoyen 2016 » désapprouve la condamnation, par le Tribunal de Grande Instance de Goma, le 24 février 2016, de six membres du mouvement citoyen « Lucha » à deux ans de prison ferme pour incitation à la révolte. Il s’agit de Rebecca Kavugho, Serge Sivya, Ghislain Muhiwa, Justin Kambale, John Assyenda et Mike Kamundu.

Dans un communiqué signé par son porte-parole, Jean-Claude Katende, le « Front Citoyen 2016 » dénonce « un acharnement politico-judiciaire contre ces activistes pro-démocratie, à cause de leur attachement à la Constitution et leur désir d’une alternance démocratique en RDC ».

Cette plate-forme politique soutient que les autorités judicaires les ont condamnés sur base des faits montés de toutes pièces, dans le seul but de décourager l’engagement des jeunes pour la démocratie. « Le Front Citoyen 2016 »  constate que « la Majorité au pouvoir vient de franchir une autre étape dans la violation des droits et des libertés garantis aux citoyens congolais par la Constitution ».

Pour le « Front Citoyen 2016 », le choix de faire intervenir le prononcé de ce jugement pendant la visite du Secrétaire Général de l’ONU dans le pays est « un message clair de défi et du refus par le gouvernement de la RDC de respecter les normes édictées par les Nations Unies relatives à la promotion et à la protection de droits de l’homme ». Il condamne le comportement anti-démocratique de la justice congolaise et réaffirme sa solidarité et son soutien total à ces six défenseurs de la démocratie.

Le « Front Citoyen 2016 » proteste également contre l’enlèvement et la détention arbitraire à Kinshasa, depuis le 16 février 2016, des militants pro-démocratie Bienvenu Matumo et Héritier Kapitene de Lucha, Victor Tesongo de la Ligue des Jeunes de l’UNC (Union pour la Nation Congolaise), et Geco Beya de la Ligue des Jeunes de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), et exige leur libération immédiate et sans condition.

Il est bon de signaler que les Nations Unies, les Etats-Unis d’Amérique, la France, l’Allemagne, le Canada, la Suède ainsi que la Belgique ont réagi contre la condamnation des activistes de Lucha.

ERIC WEMBA