Mémorandum de la Société civile et des confessions religieuses à Ban Ki-Moon

0
112

12744534_184678678568780_4252939081136015562_nIntroduction

Nous, Représentants des Organisations de la Société Civile et des Confessions Religieuses représentées par  12  Leaders, saluons votre deuxième venue en République Démocratique du Congo et vous remercions de nous avoir conviés à ce Déjeuner d’échanges sur les enjeux politiques du moment.

L’organisation de la Conférence sur les investissements dans le secteur privé dans la région des Grands lacs en République Démocratique du Congo et Votre présence personnelle  est un signal fort de l’intérêt   que vous accordez à l’endroit du peuple congolais.

Comme vous le savez, la Paix et la Sécurité sont les éléments moteurs de tout développement sans lesquelles tout investissement est voué à l’échec.

C’est pourquoi, nous saisissons cette opportunité pour vous rappeler l’importance de la Consolidation de la  Paix et de la Sécurité  des personnes et de leurs biens et en même temps vous faire voir le non respect des engagements pris par les Etats parties signataires de l’Accord Cadre d’Addis Abeba.

 

  1. Contexte politique actuel

 

La situation sociopolitique en République Démocratique du Congo est crispée au moment où on attend la tenue  des élections crédibles, transparentes et apaisées dans le délai constitutionnel.

Nous constatons tous que, le processus électoral actuel  est dans l’impasse totale suite au manque de volonté politique et au déficit de planification des opérations électorales qui n’a pas tenu compte des défis temporels, politiques, législatifs, techniques, logistiques, financiers et sécuritaires.

Il y a une impérieuse nécessité de s’investir dans la reconstruction du consensus politique relatif à l’organisation des élections  dans le cadre  d’un Dialogue  inclusif où les acteurs politiques lèveront les options responsables pour des élections apaisées dont les résultats seront acceptés par tous afin de garantir l’alternance démocratique dans le respect de la Constitution.

 

II.a. Elections

 

La problématique de l’organisation technique des élections dans le délai constitutionnel est tributaire de :

– Calendrier Electoral

– Son élaboration est conditionnée par la constitution partielle ou totale du fichier électoral.

– Il doit être l’objet d’un consensus.

– Texte des lois liées à la tenue des élections en temps réel

– Fiabilisation du fichier électoral

– Lever l’option soit de la révision partielle du fichier électoral  avec ses avantages et inconvénients, soit une révision totale du fichier électoral qui nécessite beaucoup de temps et  de moyens financiers. Dans cette deuxième hypothèse, nous sollicitons l’expertise et l’aide de la communauté internationale pour que  l’on mette en place des logiciels capables de réduire le temps des opérations, de manière à tenir compte du délai constitutionnel

– Intégrer les nouveaux majeurs et les Congolais de la diaspora.

 

II.b. Dialogue

 

Les Organisations de la Société Civile et des Confessions Religieuses souscrivent à la tenue imminente  du Dialogue politique et inclusif et sincère, enfin de dégager un consensus  politique pour la tenue des élections apaisées en temps réel.

Le dialogue politique étant une vertu nous sollicitons l’implication du Secrétaire Général des Nations Unies pour lancer un appel  pressant aux filles et fils du pays qui trainent encore les pieds à souscrire  à la tenue du Dialogue pour leur participation effective.

Un des enjeux majeurs étant de convenir sur les vrais cas de force majeure pouvant justifier un éventuel dépassement, nous vous seront gré d’obtenir pour nous Monsieur le Secrétaire Général, une expertise internationale qui appuierai celle locale pour analyser objectivement la possibilité d’organiser ou pas  les élections dans le délai constitutionnel.

Car, c’est du dialogue que naîtra le consensus et du consensus naîtra la confiance et la confiance contribuera aux élections  apaisées.

II.c. Droits de l’Homme

Plus des cas de violation des droits de l’homme sont constatés en République Démocratique du  Congo notamment ; l’insécurisation des acteurs politiques et de la société civile, la restriction de la liberté d’expression et d’opinion, les arrestations arbitraires des acteurs politiques et de la société civile, l’instrumentalisation de la justice, les enlèvements, la fermeture des autres médias et la confiscation des médias publics.

II.d. Paix et Sécurité

Le problème de l’insécurité à  l’Est du pays ( orchestré par les différents groupes armés) est un grand défi pour la République Démocratique du Congo. Car les pays signataires de l’Accord Cadre d’Addis Abebas ne respectent pas leurs engagements, notamment en ce qui concerne l’utilisation de la République Démocratique du  Congo comme base arrière ;

Cette situation cause la désolation, la violation massive des droits de l’homme, massacres et viol des femmes.

Par ailleurs, malgré les efforts fournis, la sécurité demeure un problème en République Démocratique du  Congo.

III. Recommandations

Considérant ce qui précède, les Organisations de la Société Civile et les Confessions Religieuses  recommandent :

– L’implication personnelle du Secrétaire Général des Nations Unies pour la tenue des élections libres, transparentes, crédibles et apaisées dans un esprit de l’alternance démocratique dans le respect de la Constitution ;

– L’urgence de la tenue du dialogue inclusif en mettant en place le comité préparatoire ;

– La mise en place du comité de suivi et l’implication de la communauté internationale  et de la société civile dans le comité de suivi  des résolutions  du dialogue;

– La libéralisation du commandement de la troupe d’intervention rapide de l’Union Africaine pour la sécurisation de l’Est du Pays avec l’appui de la Monusco;

– La libération de tous les prisonniers d’opinion et militants des droits de l’homme, jeunes activistes pro démocratie  cela  en vue de décrisper l’environnement politique ;

–  L’implication de la communauté internationale dans la mobilisation des ressources pour l’organisation des élections en République Démocratique du Congo

Fait à Kinshasa, le 24 Février 2016

Pour les organisations de  la Société Civile et les Confessions Religieuses ;