Des élections apaisées exigent le respect des droits citoyens

0
51

L’ONG Amis de Nelson Mandela pour la Défense des Droits Humains (ANMDH), dans le cadre du programme ‘’Espace de Dialogue Citoyen’’, l’ANMDH, a organisé une ‘’ journée de réflexion et d’échange citoyen’’, placée sous le thème : « la Constitution, les Elections et Exercice des Libertés Publiques en République Démocratique du Congo », Que faire ?, le vendredi 29 janvier 2016, dans la grande salle paroissiale Saint Joseph, dans la commune de Kalamu.   

Cette rencontre s’est focalisée sur les prescrits de la loi et différentes conventions ratifiées par  le gouvernement Congolais qui stipulent que, ‘’les libvote_81ertés publiques sont des expressions des droits fondamentaux, les plus liées à l’exercice démocratique. Ils donnent à l’individu le droit de jouir pleinement de son statut citoyen en participant à toutes les activités de la vie sociale, politique, économique et culturelle de la nation à laquelle il appartient. Les plus utilisées pendant le processus électoral sont les libertés des réunions et de manifestations pacifiques, consacrées respectivement aux articles 25 et 26 de la Constitution de la RDC’’.

            Plusieurs intervenants ont pris la parole à cette occasion, notamment Robert Ilunga Numbi, directeur exécutif de l’ANMDH ;  Jean Claude Katende , porte-parole du  Front Citoyen et coordonateur de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (Asadho)  et Me Carlos Mupili, président de la plate-forme «Forces Vives» et des représentants du Mouvement de Libération du Congo (MLC).

            Selon Me Jean Claude Katende, le Front Citoyen est une plate forme qui réunit toutes les personnes qui veulent que les élections soient organisées dans le délai prescrit par la Constitution. Il a, en outre, souligné que les élections doivent avoir lieu dans un climat apaisé et la transparence.

             Interrogés sur la tenue du dialogue avant l’organisation des élections, les partcipants à cette rencontre estiment que cela n’a pas sa raison d’être d’autant plus que ça fait belle lurette depuis que ce fameux ‘’Dialogue’’ était sollicité.

De son  côté, Me Carlos Mupili, président de la plate – forme ‘’Forces Vives’’, a relevé qu’il y a un déficit des lois pour organiser les élections.       Si les élections seront électroniques, il faudra voter des lois portant protection des données à caractère personnel, et, adopter la loi sur la cybercriminalité, etc.

«On veut un dialogue inclusif et non exclusif. Un dialogue vertical où l’on va intégrer les questions pertinentes liées au bonheur  de Congolais et l’amélioration des conditions sociales de nos populations », a fait savoir Me Carlos.

 

MLC : Dialogue ou pas, il faut avoir les élections en 2016

Pour les représentants du Mouvement de  Libération du Congo (MLC), lors des concertations nationales, plus de 703 recommandations et résolutions étaient formulées ; parmi lesquelles on note celles liées à l’organisation des élections sur l’ensemble du territoire national.

            Pour eux, les Concertations Nationales suffisent. Et, le Dialogue ne peut en rien servir de barrière au déroulement des élections.

            Les membres du MLC estiment que le dialogue n’est pas une obligation ou une contrainte pour des élections libres, crédibles et transparentes.

  Dorcas NSOMUE