La famille Misamu mécontente

0
151
Marie-MisamuDepuis le milieu de la semaine passée, quelques personnes qui prestent à  la clinique Ngaliema et soupçonnées d’avoir facilité la circulation sur des réseaux sociaux d’une photo de Marie Misamu prise à la morgue de l’hôpital précité ont été interpellées par des éléments de police.  Placée sur internet et montrant la défunte enveloppée d’un linceul, cette image a révolté des internautes, dont certains savent que cette vilaine habitude date de plusieurs années. Des personnes amorales avaient tenté une expérience analogue lors de la disparition de Madilu. Les interpellations vont certainement  faire réfléchir deux fois les gens sans pudeur qui prennent un malin plaisir à diffuser des images des stars décédées dans les morgues des hôpitaux.
En outre,  le deuil qui se tenait  sur l’avenue Victoire 4 A , commune de Masina, depuis l’annonce  de la disparition de l’auteure de « Salela ngai bikamwa », a été délocalisé à la FIKIN  ( salle des conférences) depuis le jeudi 21 janvier 2016.  Pour la sœur aînée de la défunte, communément appelée « Yaya ya mwasi », la famille se sentait à l’étroit à Masina et est désormais  un peu plus « sécurisée » à la FIKIN
Selon elle, leur famille  est indignée par des  colportages orchestrés  par certaines personnes pour les opposer à la célébrité musicale du nom de l’Or Mbongo.
Se trouvant à la FIKIN de  manière fortuite, Le Phare s’est entendu dire que la famille Misamu  n’est pour rien dans ce  qui se raconte  ces derniers jours à longueur des journées  et n’a pas des problèmes particuliers avec la cantatrice l’Or Mbongo. Elle a indiqué que cette chanteuse chrétienne  incriminée à tort par des langues vipérines leur avait apporté son réconfort moral lors de la disparition de leur frère aîné en décembre 2015.
 Et puis, un groupe des disciples d’Orphée, entre autres JB Mpiana, Manda Chante, Wazekwa…. ont convenu d’enregistrer une chanson en mémoire de leur collègue Misamu au studio Ndiaye.  Cet élan de solidarité  s’explique par le fait que Marie Misamu entretenait d’excellents rapports professionnels avec les musiciens dits « profanes ». Comme de coutume, le maestro Souzy Kaseya sera également à la baguettei.
Entre-temps, le programme concocté par les diverses parties prenantes aux obsèques de Marie Misamu prévoit la levée du corps de la morgue pour la journée du 28 janvier 2016 et les funérailles auront lieu à l’esplanade du Palais du Peuple où le corps sera exposé. L’inhumation interviendra à la Nécropole entre Ciel et Terre.
Jean-Pierre Nkutu