Droit de réponse du Dircab de Théophile Mbemba

0
145

images-theophile_mbemba_fundu_360x240_153024672Le Cabinet de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire a lu avec intérêt l’article publié dans le quotidien « Le Phare » intitulé « Nouvelles mises en place à I’ESU : I’APUKIN conteste les Arrêtés de Théo Mbemba ».

Cette publication découle de la déclaration faite par le Professeur Kitombole, Président du bureau exécutif de I’APUKIN à la suite de l’Assemblée Générale qui s’est tenue le mardi 19 janvier 2016 à l’Université de Kinshasa. Le Cabinet se fait le devoir de réagir à cette déclaration du Professeur Kitombole qui contient des contre-vérités et qui n’a pour visée que de semer la confusion.

  1. De la nomination des Directeurs Généraux et des Recteurs : suivant les dispositions de l’Article 153 de la Loi-Cadre n° OO4/14 du 14 février 2014, le Président et le Vice-Président des Conseils d’Administration, le Recteur d’université, le Directeur Général d’Institut Supérieur, sont élus par leurs pairs et investis par une Ordonnance du Président de la République.

Le Professeur Kitombole attaque le Ministre en considérant que ce dernier a violé la loi. Sur ce premier point, il est important de porter à la connaissance de l’opinion ce qui suit : le Ministre de I’ESU n’a pas nommé les Recteurs et les Directeurs Généraux, mais il les a désigné pour exercer ces fonctions afin d’éviter des vides au niveau des comités de gestion et ce, conformément à l’article 60 de l’Ordonnance-Loi 025-81 du 3 octobre 1981 portant organisation générale de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, encore d’application jusqu’à la mise en œuvre des mesures d’application de la Loi-Cadre susmentionnée. Désigner est bien différent de nommer car, il s’agit là en fait d’une désignation à titre provisoire en attendant la nomination par le Président de la République.

La déclaration du Professeur Kitombole sent une volonté manifeste de nuire d’autant plus que c’est depuis le mois d’avril 2015 que Son Excellence Monsieur le Ministre, sur instruction du Chef du Gouvernement, a commencé à nommer des autorités académiques dans le pays et surtout dans les institutions qui posaient problème. Le

Professeur Kitombole a suivi ces nominations par voie de presse. Et en ces moments-là, le respect de la Loi-cadre n’était pas sa préoccupation. Bien plus, si le Professeur Kitombole était soucieux de voir les dispositions de la Loi-cadre appliquées, il aurait déjà, en tant que représentant d’une importante structure syndicale de la République, proposer au Ministère ce qu’il jugeait capital avant le 14 février 2015, date butoir pour l’entrée en vigueur de la Loi-cadre.

  1. Il est aussi important de porter à la connaissance de l’opinion que la définition de « pair » tel qu’évoqué dans la Loi-cadre, est une notion à géométrie variable dans le contexte des Etablissements de l’Enseignement

Supérieur et Universitaire en République Démocratique du Congo. En effet, si dans les Etablissements des grandes villes on peut trouver des Professeurs qui élisent leurs collègues au poste de Recteur et/ou de Directeur Général, ceci n’est pas le cas des Etablissements de l’intérieur qui sont plus nombreux que ceux des grandes villes.

  1. Le Cabinet tient donc à fixer l’opinion une fois pour toutes que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire fait le travail qu’il doit faire pour que les Lois de la République relevant de son secteur soient des Lois nationales et non « spécifiques » à certains Etablissements.

L’apport de chacun est attendu. L’important n’est pas de tout faire à la va vite pour satisfaire certaines attentes inespérées de quelques individus, mais de bien faire les choses qui durent dans le temps et pour l’intérêt bien compris de la communauté.

  1. Le Ministère apprécie à sa juste valeur le travail qu’a toujours fait I’APUKIN en tant qu’Assemblée des professeurs et compte davantage sur son accompagnement dans la prise des mesures nécessaires au fonctionnement de I’ESU. Cependant, il doute de plus en plus de l’image politicienne et dangereuse que son Président (Professeur Kitombole) livre au public.
  2. Le Ministère exhorte le professeur Kitombole à considérer la désignation des Recteurs et des Directeurs Généraux comme une opportunité de voir les Etablissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire fonctionner normalement, et non à monter des machines mécaniques d’intoxication qui frise la jalousie. Ceux qui ont été désignés ont mérité la confiance des autorités de la République pour leur probité morale, leur notoriété scientifique, leur sens de leadership, leur attachement aux valeurs républicaines.
  3. Je vous remercie.

 

Pr Adelard NKUANZAKA INZANZA