Echange des vœux à Ami Congo : J. Mayembe exhorte les agents pour un climat de travail apaisé

0
134

Les entrepôts de la société AMI CONGO situés à Kingabwa près de l’avenue des Poids Lourds ont connu une ambiance particulière le samedi dernier. Les agents de cette société de transit maritime, fluvial et terrestre se sont donné rendez-vous sur ces lieux pour une cérémonie d’échange des vœux. Les hauts responsables de la direction générale, des toutes les directions centrales, des délégués des partenaires et des clients ont rehaussé de leur présence à cette manifestation grandiose qui s’est déroulée dans la salle des réunions et dans le parc où l’on loge les containers, les véhicules et les engins de travail technique.

Outre les membres du Conseil de gestion, l’on a salué la présence fort remarquée de M. Jean-Marie Elese Bokokoma, président du conseil d’administration et des délégués des ministères de tutelle administrative et technique ainsi que des invités de marque.

Prenant la parole à cette occasion, M. Jean-Chriso MAYEMBE, directeur général de cette société, a d’abord présenté aux agents ses vœux de santé, de bonheur et de prospérité. Ensuite, il a brossé à l’intention de l’assistance le tableau de l’évolution de la situation administrative, économico-financière et technique de la société depuis son entrée en fonction.

Dès l’année 2013, la direction générale a mis en place une politique de redressement à tous les niveaux, notamment au plan des ressources humaines en insistant particulièrement sur le comportement des agents, en améliorant les méthodes et conditions de travail et en portant un accent particulier sur les méthodes de pensée et d’agir.

Dans le domaine de l’exploitation, a indiqué M. Mayembe, grâce à un crédit accordé par la Raw Bank, Ami Congo a pu se doter d’un engin élévateur de marque Ferrari Belotti pouvant soulever des containers pesant 40 tonnes des marchandises. Un contrat a été conclu entre Ami Congo et la société BANRO pour le transport des minerais d’or exploités à Twangiza dans le Sud Kivu. Ami Congo a aussi signé un contrat avec la société aérienne Congo Airways pour le fret aérien et la vente des billets pour les villes déjà desservies.

Sur le plan financier, des efforts ont été fournis pour l’implantation des nouveaux logiciels fiables pour faciliter les opérations comptables. Ami Congo s’est précipité pour améliorer la collaboration avec les régies financières de l’Etat pour pouvoir faciliter l’obtention des autorisations fiscales.

Concernant la situation administrative, la direction générale a soutenu de nombreuses sessions de formation des délégués syndicaux. Avec comme retombées, la majoration sensible des primes et des allocations des logements pour les agents sans distinction.

Pour éviter des surprises de la part de certains groupes maffieux dans le domaine immobilier, l’on a ainsi procédé au renouvellement des certificats d’enregistrement des immeubles appartenant à Ami Congo situés à Goma, Bukavu, Lubumbashi, Bumba et ailleurs.

Les foyers de tension sociale éteints

 

Le climat social est redevenu serein. Mais pour y parvenir, la direction générale a subi une série des procès lui intentés par certains agents véreux et de mauvaise foi. Il en est ainsi des 35 agents assainis de Matadi qui ont bénéficié d’un jugement abusif leur accordant des dommages et intérêts exorbitants qui menaçaient même la survie de la société. Car, après avoir touché leurs décomptes finaux, ils ont obtenu la saisie des comptes bancaires de la société en invoquant ces dommages et intérêts exorbitants. Pour éviter l’arrêt des activités sur toute l’étendue du territoire national, la direction générale a demandé et obtenu la tenue des négociations qui ont accouché d’un protocole d’accord. Le montant exorbitant a été revu à la baisse et Ami Congo a pu apurer le solde des décomptes finaux en 2012.

C’était sans compter avec certains agents véreux qui ont obtenu une seconde saisie des comptes. Encore une fois, les négociations ont produit des effets bénéfiques tant pour la société et les 35 agents assainis de Matadi. C’est ainsi que chacun des 35 agents assainis a pu toucher la somme de 1.500 dollars Us tandis que la somme de 57.000 dollars Us a été réservée aux retraités de 2006. Pour les deux catégories des agents, les soldes des dommages et intérêts et des retraites seront payés par trimestre.

  1. le directeur général a clôturé son discours par des conseils aux agents. Il leur a demandé d’entretenir le climat de travail apaisé, de ne pas prêter le flanc à la manipulation, aux bobards et aux faux bruits, car c’est avec la participation de tous que l’on pourra poursuivre le redressement de la société. Un grand pas a déjà été accompli car les salaires sont payés régulièrement, les agents sont pris en charge pour les soins médicaux, les primes sont aussi payées et les allocations de logement ont été revues à la hausse.

Ensuite, l’assistance a été conviée à une démonstration des manœuvres pour élever des containers pesant 40 tonnes. Cette machine qui a été fabriquée en Italie avait été démontée en France pour être refaite à Matadi. L’engin peut travailler pendant 10.700 heures sans interruption, a indiqué l’ingénieur Jacques. Le conducteur commande le tout à partir d’une cabine dotée d’un système électronique.

Pour sa part, Jean-Marie Elesse Bokokoma, président du Conseil d’Administration, a indiqué que pour parvenir à ces résultats tant vantés par le directeur général,  la société a recouru aux principes managériaux modernes de pointe et au professionnalisme. Le conseil d’administration est décidé de poursuivre la politique de redressement en se dotant des engins modernes pour pouvoir maximiser les recettes. Il a aussi exhorté les agents à préserver le climat de travail apaisé, de protéger l’outil de travail car le navire Ami Congo est à bon port.

            F.M.