Du 21 au 23 juin 2018 à Limete : derniers hommages des parents et fidèles à Maman Elisabeth Olangi

0
246

Les obsèques de Maman Elisabeth Olangi Wosho Onyumbe – décédée le
mardi, 05 juin 2018 – se dérouleront du jeudi 21 au vendredi 23 juin
2018, au siège de la Fondation Olangi Wosho (FOW), sur la 17ème Rue,
dans la commune de Limete.Elle était  co-fondatrice, avec son illustre
mari, feu Joseph Olangi N’Koy U’De, d’une immense œuvre touchant
plusieurs secteurs (religieux, social, scolaire, humanitaire,
formation professionnelle, etc.) aussi bien ici au pays qu’à
l’étranger où le Ministère Chrétien du Combat Spirituel (MCCS) est
présent dans au moins 150 pays.
Ces précisions, livrées par le Service en charge de communication de
la FOW, prouvent à suffisance que la rumeur concernant son retour à la
vie – que d’aucuns avaient fait propager le jour de sa mort – est bel
et bien fausse. En outre, même si la décision finale sur le lieu de
l’inhumation n’est pas encore rendue publique, nombreux sont les
fidèles qui pensent que la Fondatrice de la CIFMC (Communauté
Internationale des Femmes Messagères de Christ) aura sa dernière
demeure à côté de son mari, dans leur concession privée de Bibua, dans
la commune de la N’Sele. Toutefois, il convient de rappeler que ce
lieu d’inhumation n’était pas initialement l’endroit privilégié par la
FOW d’abord pour enterrer celui que tous les membres de la FOW et des
Fidèles du MCCS appelaient affectueusement Papa Olangi ; ensuite – et
ceci saute aux yeux de tout observateur – pour y conduire sa Compagne
de vie, Maman Elisabeth Olangi Wosho.

Un  site d’inhumation imposé par les circonstances du moment
Comme on peut se le rappeler, les turpitudes des hommes politiques
ont eu une incidence nocive sur ces deux deuils, malgré les
apparences. En effet, dès l’annonce du décès de Papa Olangi Wosho, le
01 octobre 2017, dans un hôpital en Afrique du Sud, la FOW avait pris
la résolution de solliciter auprès de l’Hôtel de Ville de Kinshasa
l’autorisation d’inhumer, un de ses Fondateurs, dans un mausolée qu’on
devait construire dans l’enceinte de la parcelle du siège, sur la
17ème Rue, à Limete. Cela n’était pas une première dans la capitale,
et même pas à l’intérieur du pays où des exemples foisonnent. Et
pourtant, contre toute attente, la Ville de Kinshasa, à cause des
motifs non avoués, avait catégoriquement rejeté cette option. La Ville
avait oublié que, quelques mois plus tôt, elle avait délivré une
autorisation pour l’enterrement d’un dignitaire religieux dans la
concession de son église en plein Centre-Ville.
A cause de ce refus, Maman Elisabeth Olangi, veuve de Papa Olangi
avait dû attendre plus de huit mois pour, enfin, le mettre en terre le
02 juin dernier. Une attente lancinante, nuisible à la santé pour une
épouse qui aimait tendrement son compagnon de vie. Sur la base de
cette analyse, il est donc possible que la Ville campe dans sa
position. Toutefois, les fidèles restent plus que jamais déterminés à
rendre des hommages largement mérités, du 21 au 23juin prochain, sur
la 17ème Rue, à Limete, à l’illustre disparue qui a abattu un travail
colossal durant son passage ici sur terre et leur a laissé une immense
œuvre appelant à privilégier la paix aussi bien avec Dieu qu’entre les
hommes.
RSK